Dimanche 26 janvier 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

À VOIR, À FAIRE – JET'S, le marché nocturne insolite de Phnom Penh

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 02/05/2017 à 19:00 | Mis à jour le 03/05/2017 à 02:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situé au c?ur du quartier des constructions immobilières, « Jet's » est un marché de nuit qui a vu le jour il y a quelques mois seulement. 

À l'image de son voisin à Bangkok, Jet's rassemble des dizaines de contenairs transformés en magasins,restaurants et bars. 

Un marché qui vit la nuit 

De jour, le marché s'apparente à une simple plateforme de stockage de marchandises à un détail près : les enseignes des bars sont la preuve irréfutable d'une vie nocturne.
Tant que la nuit n'a pas pointé le bout de son nez, on est à des lieues de pouvoir comprendre le potentiel de l'endroit. Ainsi, dès le coucher du soleil, ce sont des dizaines de personnes qui commencent à arriver. La nuit tombée, le parking est plein à craquer. Passé 20h, le flot reste ininterrompu. Chaque bar, chaque restaurant passe sa musique à fond, si bien que nos oreilles sont prises dans une charmante cacophonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S'il est possible de boire un verre au calme pendant la semaine, le week-end Jet's devient le sanctuaire de la fête. Et de la fête cambodgienne, car les visiteurs de ce marché de nuit sont à 90% khmers. Dans ce nouveau lieu hype de la jeunesse cambodgienne, les touristes et expatriés se font encore rares. 

Accoudé au comptoir, sur le toit d'un contenair, on se croirait dans une grosse ville d'Asie. Le contraste avec le calme usuel de Phnom Penh se fait sentir, et à vrai dire, ce n'est pas désagréable. Dans l'euphorie d'un bar festif ou à l'abri du brouhaha, à la table d'un restaurant, vous trouverez forcément votre bonheur.
Oudam, un Cambodgien d'une vingtaine d'années me confie : « mon plaisir, c'est ça. ». Il me montre une glace fluorescente d'où s'échappe une étrange fumée. « J'aime me balader et regarder les boutiques qui restent ouvertes jusque tard. »
Tim, Australien expatrié à Phnom Penh depuis quelques années, se réjouit de ce nouveau spot : « C'est la première fois que je viens ici, et je dois dire que c'assez drôle de voir les Cambodgiens déchaînés, on n'est pas habitué. Et ça change des lieux où l'on sort habituellement. C'est sympa pour dîner, prendre un verre. ».   

Un oasis au c?ur du développement économique

Phnom Penh n'a donc pas échappé pas à la tendance commune à toutes les villes du monde qui consiste à investir des lieux toujours plus insolites, pour y créer des endroits festifs là où on s'y attend le moins.
En effet, qui aurait cru que le quartier symbolique de l'expansion économique du Cambodge accueillerait un marché de nuit, véritable concentré de vie humaine, au milieu de toutes ces constructions ?
Jet's a pris ses quartiers dans un endroit où la dynamique immobilière semblait avoir pris le pas sur la présence des Phnom Penhois. En effet, le coin est connu pour ses ambassades et ses grands complexes, tels que l'Aeon Mall, le Sofitel ou le Naga World, ainsi que ses immeubles en construction. Nous sommes à deux pas de la future cité « The Bridge », le projet qui, fort des investissements chinois accommodera, à terme, plus de 500,000 résidents, et de Koh Pich, le nouveau quartier d'habitation, « hub » des investisseurs.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si ce lieu apparaît comme un oasis dans le district, sa position n'en est pas moins stratégique : un spot qui plait aux khmers, dans ce qui est certainement le futur quartier d'habitation de la classe moyenne et des riches cambodgiens.
Qui sait, le marché des contenairs sera peut-être l'initiateur d'un mouvement de développement autre qu'immobilier pour le quartier de l'Aeon Mall.

Romain Van Bloeme (http://www.lepetitjournal.com/cambodge) mercredi 3 mai 2017

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

CINÉ

Les films en français n’ont pas trouvé leur public en 2019

Faut-il faire des films en anglais pour intéresser le marché international ? C’est en tout cas le constat que l’on peut faire en étudiant les résultats du cinéma français à l’étranger en 2019.

Sur le même sujet