6 000 hectares de terres protégées du Tonlé Sap ouverts à l'agriculture

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 05/06/2022 à 02:03 | Mis à jour le 05/06/2022 à 02:03
Photo : Des agents de la police militaire de Siem Reap patrouillent dans les eaux des forêts inondées du Tonle Sa, à la recherche de terres illégalement accaparées fin novembre. (GRK News)
Des agents de la police militaire de Siem Reap patrouillent dans les eaux des forêts inondées du Tonle Sa, à la recherche de terres illégalement accaparées fin novembre. (GRK News)

La protection de milliers d'hectares de la réserve de biosphère du lac Tonle Sap est en train d'être assouplie pour permettre l'agriculture, dans le sillage d'une campagne de répression de l'utilisation illégale des terres qui a permis de récupérer de vastes étendues comme propriété de l'État.

 

La répression, déclenchée en novembre par le Premier ministre Hun Sen en réponse à des rapports faisant état d'empiètements généralisés, a impliqué certains responsables provinciaux et policiers dans des appropriations de terres présumées et a conduit à des interdictions plus strictes à l'encontre des agriculteurs et des résidents.

 

L'imagerie satellitaire a montré une perte importante d'arbres dans les forêts inondées à partir de 2019 environ, mais la déforestation se poursuit depuis des années, laissant peu de couverture arborée substantielle dans de nombreuses zones.

 

Islands in flooded forest areas in Kampong Chhnang province in January 2022. (Kuoy Langdy/VOD)
Islands in flooded forest areas in Kampong Chhnang province in January 2022. (Kuoy Langdy/VOD)

 

La semaine dernière, le Premier ministre Hun Sen a déclaré que les personnes qui vivaient et cultivaient depuis plus de dix ans dans les zones protégées autour du Tonlé Sap devraient voir les interdictions qui les frappent assouplies. La répression devrait viser les personnes qui empiètent nouvellement sur la zone, et non les résidents de longue date, a-t-il ajouté.

 

Selon le ministère de l'information, La réserve de biosphère est classée en trois zones : La zone 1 permet aux gens de vivre avec des certificats fonciers, la zone 2 autorise la culture et la zone 3 doit être protégée, selon le ministère de l'information.

 

Un sous-décret gouvernemental publié mardi indique que plus de 6 000 hectares dans les provinces de Kampong Thom et de Banteay Meanchey seront reclassés de la zone 3 à la zone 2.

La majeure partie se trouve à Kampong Thom et serait divisée en 2 025 parcelles, selon le décret, tandis que 60 hectares à Banteay Meanchey sont destinés à 22 familles. D'autres sous-décrets sont attendus.

 

Un habitant des environs du Tonlé Sap dans une autre province, Phuong Rim, à Kampong Chhnang, a déclaré qu'il faisait partie des 400 familles qui ne pouvaient plus cultiver une zone qu'elles exploitaient depuis des années depuis la répression.

 

Il n'a toujours pas reçu d'informations sur les protections assouplies qui lui permettraient de cultiver à nouveau, a-t-il dit.

 

Les habitants vivent en fonction des terres agricoles. Si elles sont interdites, ils n'ont pas les moyens de gagner de l'argent, donc il y a de plus en plus de dettes.

 

En annonçant cette politique la semaine dernière, Hun Sen a insisté sur le fait qu'elle devait profiter aux résidents à long terme, et non aux riches courtiers en terres empiétant sur les zones protégées - comme cela se produit depuis longtemps dans tout le pays. Il a déclaré :

 

Nous nous opposons fermement à l'utilisation du pouvoir des puissants et à l'utilisation de l'argent des riches pour se réfugier sous la bannière du peuple et s'emparer des terres inondées pour leur propre bénéfice

 

 

 

 

Khan Leakhena

Article traduit avec l'aimable autorisation vodenglish.news, afin de permettre au public francophone d'y avoir accès

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale