TEST: 2247

La minute culture : le ceibo, fleur nationale d'Argentine

Par Cécile Chênerie | Publié le 22/11/2020 à 15:04 | Mis à jour le 22/11/2020 à 15:32
ceibo fleur nationale argentine

Le ceibo, de son nom scientifique Erythrina crista-galli est un arbre présent en Bolivie, au Brésil, au Paraguay, en Uruguay et en Argentine. Dans ces deux derniers pays, la fleur rouge de cet arbre est considérée comme la fleur nationale.

 

Le ceibo : qu’est-ce que c’est ?

Le ceibo, aussi appelé seibo, gallito ou bucaré est un arbre mesurant généralement entre 5 et 8 mètres qui pousse dans des zones humides et des sols saturés d’eau. D’octobre à avril, le ceibo produit des fleurs rouges. Comme l’indique son nom latin crista-galli, les fleurs du ceibo ressemblent à des crêtes de coqs. On le retrouve dans le Nord Est Argentin mais aussi dans les provinces de Buenos Aires, Santiago del Estero, Chaco, Formosa, Salta, Jujuy et Tucumán. Dans la ville de Buenos Aires, sur la Plaza Lavalle on peut admirer un exemplaire historique planté en 1878. Avec le bois de cet arbre, on fabrique le bombo legüero, un tambour typique de la musique folklorique de Santiago del Estero. De même, sa fleur peut être utilisée pour créer des teintures et son bois a des vertus médicinales lorsqu’il est bouilli. Cependant, cet arbre est surtout utilisé à des fins ornementales.

 

Le légende du ceibo

Sur les rives du Paraná vivait une jeune indienne nommée Anahí qui appartenait à la tribu des Guaraní. La jeune fille chantait tellement bien que tous les après-midis les membres de sa tribu venaient écouter les chansons sur les dieux et l’amour pour sa terre qu’elle composait. La légende dit qu'elle chantait si bien que même les oiseaux se taisaient pour l’écouter.

Un jour, des envahisseurs blancs débarquèrent sur sa terre pour raser la tribu. La jeune indienne fût captive avec d’autres membres de sa tribu. Après de nombreux jours enfermée et désespérée, Anahí parvînt un jour à s’échapper. Cependant, cette fuite réveilla la sentinelle et la jeune fille dût lui plonger un poignard dans la poitrine avant de s’enfuir dans la jungle.

Les cris du geôlier mourant alertèrent les autres gardes et tous se lancèrent à la poursuite de la jeune indienne si bien que celle-ci fût rapidement rattrapée. Pour la punir, les Espagnols décidèrent de la condamner au bûcher. La jeune femme accepta la sentence et à la surprise de tout le monde elle se mit à chanter. Quand les flammes s’éteignirent, les soldat virent qu’à la place du corps de la jeune fille se trouvait un bouquet de fleurs rouges. 

Le jour suivant, les soldats purent admirer un magnifique arbre aux fleurs rouges là où ils avaient fait le bûcher la veille, un arbre symbole de courage et de force face à la souffrance.

 

La fleur nationale d'Argentine

Depuis le 22 novembre 1943 par le décret 138974, la fleur de ceibo a été nommée fleur nationale d’Argentine.

En 1941 le ministère de l’Agriculture a réuni une commission pour décider quelle serait la fleur nationale du pays. Composée de neuf membres, la commission a largement opté pour la fleur de ceibo, très présente sur les terres et dans la culture argentine. On retrouve en effet des textes et des chansons évoquant le ceibo, comme par exemple dans les écrits de Domingo F. Sarmiento ou Osvaldo Sosa Cordero :

De mon voyage à Entre Ríos, je vous dis qu'il y a sur toutes les rives du Paraná et de l'Uruguay des forêts entières de ceibos qui fleurissent maintenant Laissez-les vous montrer un arbre ceibo là-bas et vous verrez quelles belles fleurs 

La nuit pieuse / couvrait ta douleur / et l'aube étonnée / regarda ton martyre / fit ceibo en fleur

 Peu de temps après, le président Ramón S. Castillo et son cabinet ont approuvé à l'unanimité cette proposition. On notera cependant que si le ceibo est la fleur nationale depuis 1943, c’est seulement depuis 2008 que le 22 novembre est le jour officiel pour le célébrer.

 

Sur le même sujet
cecile chenerie

Cécile Chênerie

Après des études de lettres, de philosophie puis de mode, Cécile décide de découvrir de nouveaux horizons et se lance dans un tour d’Amérique latine. Séduite par l’Argentine, elle décide de s’y établir pour un temps.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Buenos Aires !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com