LE SAVIEZ-VOUS? - Le tout Hollywood tourne en Roumanie

Par Grégory Rateau | Publié le 17/08/2017 à 00:00 | Mis à jour le 28/01/2019 à 10:20
Photo : Pixabay / TX
tournage en Roumanie

Depuis 10 ans, la Roumanie est devenue le lieu de tournage privilégié de grands nombres de réalisateurs du monde entier. Les raisons sont nombreuses mais nous pouvons citer en priorité la beauté de ses paysages, ou encore les coûts avantageux pour les producteurs, sans oublier le professionnalisme reconnu de ses techniciens, et qui en font aujourd’hui, un endroit très recherché du milieu du septième art. Des monstres sacrés tels que Nicolas Cage, Jude Law, Nicole Kidman, Demi Moore, Kevin Costner, Francis Ford Coppola, Christopher Nolan et plein d’autres ont tourné en Roumanie. Voici quelques films tournés ici-même, autant de décors et d’images qui vous feront voyager ici et pourtant, ailleurs. Nous n'avons choisi que 5 d'entre eux, pour la diversité qu'ils proposent...

 

 

Cold Mountain (2003)

 

Cold-Mountain


Avec 7 nominations aux Oscars, le film Cold Mountain est probablement le film qui a su le mieux rendre hommage à la beauté des paysages roumains. Tourné pendant 5 mois dans le village Potigraf (département de Prahova) mais aussi dans la localité de Rasnov (département de Brasov), le film a valu à Renée Zellweger l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Avec à l’affiche, Nicole Kidman et Jude Law, ce film met en scène leur histoire d’amour sur fond de Guerre de Sécession. Les Américains réécrivent l'Histoire en terre roumaine.

 


Modigliani (2004)

 

modigliani

 

Tourné dans sa totalité dans les studios Media Pro à Buftea, cette production à succès avec Andy Garcia dans le rôle principal, est un biopic sur le peintre maudit, Amedeo Modigliani et sur sa relation de rivalité avec Picasso, sans oublier aussi de nous dépeindre sa tragique histoire d’amour avec Jeanne Hébuterne. Revivre l’ambiance du vieux Monparnasse, c’est aujourd’hui possible en Roumanie !

 

 

Borat (2006)

 

borat

 

Ce film a déclenché de nombreuses controverses en Roumanie mais aussi à l’étranger. L’acteur britannique Sacha Baron Cohen interprète Borat, un reporter kazakh envoyé aux Etats-Unis pour y étudier le mode de vie à l'américaine. Certaines scènes censées représenter le Kazahstan ont en réalité étaient tournées dans les villages de Moroieni et de Glod (département de Dambovita) où les locaux ont été payés 15 Lei par personne pour apparaitre dans le film. L'équipe leur a fait croire que le film était un documentaire sur la vie difficile des villageois.

 


Amen (2002)

 

amen

 

Le réalisateur Costa Gavras est venu en Roumanie pour réaliser son film "Amen", sur les efforts d’un officier SS qui tente d'informer le Pape Pie XII et les Alliés du génocide des Juifs organisé par les nazis dans les camps de concentration. Tout cela dans l’espoir que l’Eglise Catholique prenne une position officielle face au nazisme. Plusieurs scènes ont été tournées à Bucarest, au Palais du Parlement, au Palais Mogosoaia, à Casa Presei Libere et à la gare Baneasa.

 

 

L’homme sans âge (2007)

 

Coppola

 

Le mythique réalisateur du Parrain, d’Apocalypse Now et de Dracula, F.F. Coppola, est un amoureux de la Roumanie et a donc souhaité venir personnellement tourner ici un film adapté d’une nouvelle de Mircea Eliade. L’action se déroule en 1938 à Bucarest et Tim Roth y joue Dominic Matei, un vieux professeur roumain de linguistique, qui est soudainement frappé par la foudre et se met à rajeunir miraculeusement. Ses facultés mentales sont également décuplées, il s'attelle ainsi à l'oeuvre de sa vie : une recherche sur les origines du langage. Mais son cas attire les espions de tous bords : nazis et agents américains. Pour tourner le film l'équipe est allée à Bucarest, Sinaia, Brasov, Constanta et Piatra Neamt.

 

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale