Lundi 23 juillet 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HUMOUR - Les habitudes des Roumains qui déroutent les Français

Par Grégory Rateau | Publié le 26/02/2018 à 00:00 | Mis à jour le 26/02/2018 à 14:36
Photo : film Moromeţii de Stere Gulea
habitudes déroutantes des Roumains

Après les habitudes des Français, il était de bonne guerre de passer au tour des Roumains. N'oublions pas qu'il est avant tout question d'humour, de rire ensemble et non pas les uns contre les autres. Ce sont nos différences, nos petites habitudes qui font notre incroyable diversité, et nos rencontres s'enrichissent aussi et surtout grâce à elles. Nous attendons vos impressions...

 

 


1.Se signer

 

Lorsque vous prenez le bus ou le tram dans la capitale, l’étranger que vous êtes va assister à une scène plutôt cocasse. Dès que les Roumains passeront devant une église, une grande majorité d'entre eux se signeront à trois reprises et tous en cœur. Vous aurez alors l’impression qu’ils font la ola, le mouvement circulant de l’avant à l’arrière et vice-versa. Et ils n’hésiteront pas à répéter l’opération plusieurs fois car les églises ne manquent pas en Roumanie.

 

 

2. Le «gratar»

gratar

Pour les Français, le barbecue commence dès qu’il fait beau, pour les plus chanceux d’entre eux qui ont un jardin, la saison des grillades débute en général au printemps. Pour les Roumains, la saison n’a aucune importance, qu’il neige, qu’il vente, qu’il pleuve, ils ont toujours un gratar à portée de main. Quand ils n’ont pas de jardin, ils installent «le gratar» un peu partout, bords de routes, aires d’autoroute, balcon, forêt, cabane, à l’arrière d’un troquet...Rien ni personne n’empêchera les mici de griller et la bière de couler à flots.

 


3. Les anniversaires et les fêtes

anniversaire

Quand tu fêtes ton anniversaire en Roumanie, tu dois raquer pour tout le monde, inviter les autres est une règle d’or, tu dois même apporter de petits gâteaux à tes collègues de bureau au risque de passer pour le dernier des radins. En France, tu attends les bras croisés que l’on te fasse des surprises, tu n’as donc pas peur d’inviter une tablée de 20 personnes pour ton anniversaire car tu n’as pas à te soucier de la "douloureuse". Ici, en Roumanie, tu y réfléchis à deux fois avant d’envoyer tes invitations.

 

 

4. Le pourboire comme devoir

 


Le Français a aussi cette culture du pourboire mais il le fait au coup de cœur et quand il est vraiment bien disposé, c’est-à-dire jamais. Nous sommes d’ailleurs, là encore, connus pour être les plus mauvais payeurs, je ne sais vraiment pas d’où nous vient cette terrible réputation. Les Roumains quant à eux, n’ont pas souvent leur bourse pleine, il faut bien le dire, mais cela ne les empêchera jamais, au grand jamais, de glisser un billet ou deux à leur coiffeur, leur esthéticienne, leur chauffeur de taxi ou au serveur auquel il serait vexant de refiler vos petites pièces. Je vous conseille d’ailleurs, entre nous, de ne surtout pas oublier le pourboire dans un taxi car le chauffeur n’hésitera pas à vous insulter dans la langue d'Eminescu.

 


5. Les insultes au volant

trafic


Bucarest ne laisse que très peu de place aux vélos et aux motos, les voitures règnent en masse et tyrannisent les piétons, elles sont garées n’importe où et la circulation est totalement bouchée aux heures de pointe et pas que. Les Roumains au volant ont donc pris l’habitude de s’insulter pour se détendre, de se menacer. Comme tous bons latins qui se respectent, plus de gueule que de courage et les cris redoublent de plus belle, on hait puis l’on sourit comme si l’on venait de faire une bonne blague à son voisin d’embouteillage. Quand vous êtes assis sur le siège du mort, vous recevez les postillons entrecroisés des deux conducteurs qui se lancent dans une joute verbale en attendant joyeusement le feu vert.

 

 

6. Les œufs de Pâques

oeufs-pâques


Le plus étrange dans les habitudes des Roumains pour un Français sera sûrement le moment où il devra entrechoquer des œufs peints à la main en disant le fameux Christ est ressuscité, et s’entendre dire en retour En vérité il est ressuscité, puis manger un œuf dur puis un autre et le tout sans mayonnaise. Pour lui, à Pâques on dévore du chocolat, on court dans le jardin pour en récupérer le plus possible et même parfois en voler dans le dos de ses enfants pour se garder la meilleure part. Les œufs on les mange plutôt en salade et la peinture on se la garde pour colorer ses murs.

 


Les Roumains adorent critiquer leur pays mais ils te sauteront au cou si un étranger osent s’en prendre à leur mère patrie. Au fond, le Roumain et le Français sont faits pour s’entendre vous ne croyez pas?


haidouc

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
16 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Euroyoyo ven 02/03/2018 - 15:26

"en disant le fameux: Christ est ressuscité".C'est pas en France qu'on entendra cela, mais plutôt notre nouvelle population de "reconquista" en disant inchallah (s'ils nous permettent de suivre nos traditions catholiques, ce que je doute).

Répondre
Commentaire avatar

Paul sam 03/03/2018 - 13:42

Ou plutôt si tu as la tolérence de laisser à qui bon veut le droit d'exercer librement sa religion.

Répondre
Commentaire avatar

Une Roumaine mer 28/02/2018 - 07:04

Roumains et Français sont faits pour s'entendre, je le crois bien. Une seule petite mention: les Français souffrent du complexe de supériorité...et moi, ça me dérange un peu, je l'avoue...lol

Répondre
Commentaire avatar

Cousine mer 28/02/2018 - 15:35

...une souffrance a soigner absolument....

Répondre
Commentaire avatar

Moldoni mar 27/02/2018 - 18:57

Une grande majorité qui se signe en passant devant une église ? Ah bon ? Oui, j'en vois qui se signent quand je suis dans le bus mais c'est loin d'être une grande majorité. Tout au plus quelques-uns... Mais je dois reconnaître que ce n'est pas à Bucarest.

Répondre
Voir plus de réactions