Mercredi 22 septembre 2021
TEST: 2245

ERIC COLAS - En chantant

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 08/05/2016 à 22:00 | Mis à jour le 09/05/2016 à 08:33

Directeur de l'e-commerce chez Auchan Roumanie et chanteur. Ou l'inverse. Eric Colas a partagé sa vie à égale mesure entre sa carrière professionnelle et sa passion pour la musique. A 32 ans, il devenait l'un des plus jeunes directeurs de magasin chez Carrefour. Quelques années plus tard, il sortait son premier album. Portrait d'un crooner de la grande distribution.

Photo : Jonas Mercier et www.facebook.com/Eric-Colas

Samedi soir 2 avril, au dernier étage d'un petit immeuble de la banlieue nord de Bucarest, l'association francophone Seferis organise le soirée océane. Au milieu des 150 convives, sur une petite scène éclairée par des spots multicolores, Eric Colas reprend avec sa voix de crooner des tubes de variété française des années 1980. Chemise blanche, col ouvert, regard séducteur, il assure le show, au milieu du brouhaha ambiant. En fin de soirée, il prend sa trompette et change de registre pour interpréter Hello Dolly. La piste de danse est en extase.

Eric Colas, 46 ans, mène une double vie. La journée, il est directeur de l'e-commerce à Auchan Roumanie. La nuit, il est chanteur dans des bars dansant de Bucarest et d'ailleurs en Roumanie. La chanson est pour lui une passion qu'il traine depuis toujours. ''J'ai monté mon premier orchestre à 17 ans. Nous étions huit musiciens, se souvient-il. Nous faisions les thés dansants, les bals, les piano-bars...'' Le microbe des cuivres joyeux de la fanfare, Eric Colas ne sait pas trop comment il l'a attrapé. Il n'y a aucun musicien dans sa famille, mais il tombe amoureux de la trompette. Il commence à en jouer dès sept ans, dans une petite école de musique de Roanne, d'où il est originaire. Puis il intègre le conservatoire de Lyon à 12 ans. Il le suivra jusqu'à 17 ans. ''J'ai eu la chance d'avoir de très bons professeurs qui m'ont mené jusqu'en finale du concours de Radio France'', précise-t-il.

Mais de cette passion, il n'a jamais voulu vivre. Alors, en parallèle, il a entamé des études de comptabilité, avant d'obtenir un diplôme de technico-commercial. Puis il s'est fait embaucher par Hyparlo, une société familiale de grande distribution qui possèdait quelques franchises d'Hypermarchés Carrefour en France et en Italie. Eric Colas construit patiemment sa carrière, passe par tous les corps de métier de la grande distribution. ''Et puis la Roumanie s'est offerte à moi, raconte-t-il. Mon patron me propose de faire partie de l'équipe qui va monter le premier Carrefour du pays. J'avais 29 ans et ce choix a été clairement déterminé par mon ambition professionnelle. En France, il aurait fallu attendre 55 ans avant de devenir directeur de magasin. Moi, je le suis devenu à 32 ans.'' Mais le départ est difficile. C'est en 2000 et la Roumanie est encore un pays très exotique. Sa famille le décourage, sa mère refuse tout simplement son départ. Peu importe, il part. ''Le premier jour, j'ai eu un doute, reconnait-il. A l'aéroport, les militaires portaient encore des Kalachnikovs en bandoulière et la route jusqu'à l'hôtel Sofitel (aujourd'hui Pullman, ndlr), avec ses maisons délabrées et ses chiens errants, était particulièrement sinistre.''

En 2003, après un concert de Directia 5, un groupe Pop rock, Eric Colas se lance et va parler au chanteur, Cristi Enache. Le courant passe. Grâce à cette rencontre et après des centaines de répétitions, Eric Colas sort son premier album. Reprises, duo avec des chanteurs roumains, comme Loredana ou Maria Radu, et chansons personnelles : le disque est produit par BMG et il est vendu à 3000 exemplaires en Roumanie. ''A l'époque, j'ai trouvé que c'était peu, mais aujourd'hui, je suis assez fier'', confesse-t-il. Eric Colas enchaine alors les plateaux télé et fleurte avec la crème du showbiz roumain. Il va même tourner un clip pour sa chanson Spune oui. ''J'ai réalisé un 2e album, mais il est toujours dans les cartons et je ne pense pas le sortir pour l'instant, ajoute Eric Colas. C'est une passion qui coûte chère, car j'ai toujours tout financé moi-même.''

Aujourd'hui, Eric Colas chante seulement lors d'événements festifs, comme la soirée océane de Seferis. Il partage généralement la scène avec une choriste roumaine, Karyna Ghi??. En parallèle, il monte des comédies musicales avec son ami Sylvain Lozac'h, qui est professeur de musique. Cette année, c'est une adaptation de Starmania, écrite et réalisée par Sylvain Lozac'h, qui sera présentée à l'Institut français de Bucarest le 21 et le 27 juin. Renommée Star Maniak, elle sera jouée par une troupe d'amateurs issus de la communauté d'expatriés français. ''Nous avons répété tous les mercredis pendant un an et le résultat est à la hauteur de nos attentes. Tout sera joué en live.'' Une tournée dans tout le pays pourrait être aussi organisée. 

Jonas Mercier (www.lepetitjournal.com/Bucarest) Lundi 9 mai 2016

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet