Dimanche 15 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COUPLE FRANCO-ROUMAIN - Andreea et Damien

Par Grégory Rateau | Publié le 24/11/2019 à 00:00 | Mis à jour le 24/11/2019 à 17:10
couple franco-roumain mixité france roumanie Andreea et Damien

Cette semaine, notre rédaction est allée à la rencontre d'Andreea, Roumaine, et de Damien, Français. Ce charmant couple franco-roumain vit actuellement en France où ils se sont mariés et ont eu une petite fille âgée de deux ans. Andreea n'a pas coupé les liens avec son pays d'origine qu'elle a fait découvrir à toute sa famille. Le couple a même acheté une maison en Roumanie, à la campagne, où ils passent leurs vacances et profitent ensemble de la douceur de vivre à la roumaine.

 

 

Grégory Rateau: Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours?

Andreea : Je m’appelle Andreea, j’ai 33 ans et je suis responsable commerciale dans une entreprise qui intègre des technologies électriques et électroniques sur des projets haut de gamme. Je suis venue en France il y a 9 ans avec ma valise et l’espoir d’une vie différente. J’ai trouvé mon premier travail au bout de 2 mois. Quelques semaines plus tard, je rencontrais celui qui allait devenir 2 ans après mon mari et le père de notre princesse, Ilinca.

Damien : Je m’appelle Damien, j’ai 37 ans, je suis responsable de production chez un fabricant d’appareillage électrique à Paris depuis bientôt 15 ans.

 

Parlez-nous de votre première rencontre ?

Damien : Nous nous sommes rencontrés sur notre lieu de travail en décembre 2010. Nous travaillions à l’époque pour la même entreprise mais pas sur le même site. Notre première rencontre était très « attendue » puisque juste avant de se rencontrer physiquement nous avons géré ensemble, par téléphone, plusieurs dossiers professionnels. Le jour où nous devions nous rencontrer, j’étais cloué au lit avec une grosse grippe et notre première rencontre a donc du patienter un peu…

 

Qu’est-ce qui vous a plu chez l’autre ?

Andreea : Sa douceur, sa patience et sa cuisine (rires). Quelqu’un m’avait dit au début de notre relation que notre couple ne tiendra pas parce qu’il n’est pas mon type d’homme. Il se trompait. Je ne cherchais pas un type d’homme mais un amour sincère et fidèle, le père de mes enfants…

Damien : Ce qui m’a tout de suite plu, avant que je ne la voie physiquement, c’était son accent que je ne savais pas identifier et la douceur de sa voix. Puis j’ai découvert une femme absolument ravissante lors de notre première rencontre. On avait tellement de choses à se dire que nous avons voulu nous voir et nous revoir…

 

Damien, aviez-vous des a priori sur la Roumanie avant d'y venir pour la première fois?

En fait j’ai plusieurs amis qui ont, il y a quelques années, terminé leurs cycles d’études en Roumanie et qui m’en ont toujours dépeint un portrait assez flatteur. J’étais tellement impatient de découvrir ce pays dont ma femme me parlait tant qu’il n’y avait aucune place dans ma tête pour des a priori.

 

Andreea, vous vivez actuellement en France, comment s'est passée votre intégration ?

Andreea : Comme dirait ma mère : « tu es née pour ce pays » . Je n’ai jamais vraiment rencontré de problèmes d’intégration. J’ai toujours donné le meilleur de moi-même partout où je suis passée et je pense que cela a participé à mon intégration. J’aime voir la réaction de certaines personnes (le plus souvent du milieu professionnel) en leur disant que je suis roumaine. J’ai eu une drôle de remarque un jour de la part d’un de mes clients : « Mais pourquoi vous ne ressemblez pas aux Roumaines que l’on croise devant la Tour Eiffel ? ». J’avoue que j’étais choquée sur le moment mais en réalité cela m’a rendue encore plus fière de ce que je suis et d’où je viens.

 

Vous avez aussi acheté une maison à la campagne entre Valcea et Dragasani pour vos vacances. Pouvez-vous nous dire ce qui a motivé votre choix ?

Andreea : Je voulais que nous puissions avoir un endroit à nous, où nous pourrions aussi réunir toute la famille lors des vacances. Et puis c’est le village où j’ai grandi et où j’ai beaucoup de souvenirs, où j’aime recroiser des gens que je n’ai parfois pas revus depuis mon enfance. Damien était très emballé à l'idée (peut-être même encore plus que moi) car il a tout de suite adoré le village, les paysages, les collines, le calme et c’est toujours une grande source de joie pour nous d’être là-bas.

 

Vous avez aujourd'hui une petite fille, comment vos familles respectives ont-elles réagi à votre union ?

Andreea : J’ai beaucoup de chance. Je n’aurais pas pu avoir de meilleurs beaux-parents. Ils ont toujours tout fait pour me mettre à l’aise et je sais que parfois ils ont dû s’adapter aux différences de culture. Je profite d’ailleurs de l’occasion pour les en remercier. Pour ma mère, Damien c’est le garçon qu’elle n’a jamais eu. Toute ma famille l’a adopté très rapidement. Cela n’aurait pas pu être autrement, il aime les gens et les gens l’aiment. D’autant plus que si cela ne tenait qu’à lui, nous passerions toutes nos vacances en Roumanie.

Damien : Ma famille à tout de suite adoré Andreea. Je pense que la seule crainte qu’ils ont pu avoir c’est, me voyant tellement enthousiaste lorsque je leur parlait de la Roumanie, de nous voir un jour partir nous y installer.

 

De manière un peu plus légère, y-a-t-il chez l'autre un trait de caractère proprement français, et proprement roumain que vous aimez ou que vous détestez ?

Andreea : Son amour pour le fromage, que je partage aussi. Mais j’avoue avoir du mal à supporter certains matins les odeurs à l’ouverture du frigo...

Damien : Je trouve que les Roumains sont souvent très directs et n’y vont pas par quatre chemins lorsqu’ils ont quelques choses à dire ou à faire. Ma femme ne déroge pas à la règle. Cela m’impressionne autant que cela peut m’agacer parfois.

 

Un cliché lié à vos deux cultures respectives que vous avez su dépasser chez l'autre?

Andreea : Sans hésiter les repas de famille en France ! J’ai eu beaucoup de mal au début mais je m’y suis faite. Mais qu’est-ce que c’est long !

Damien : La dégustation de la tuica avant le déjeuner avec son grand-père. Au départ, je revivais dans ma tête cette scène des tontons flingueurs « Tiens, vous avez sorti le vitriol ? » (rires).

 

Une expression, un dicton que vous avez appris dans les deux cultures ?

Andreea : "Laisse tomber" ou comment se sortir simplement d’une discussion qui n’en finit plus.

Damien : "Bem o bere !" pour les mêmes raisons que "laisse tomber".

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Bucarest ?

TRADITIONS

La "danse des ours", une tradition unique en Roumanie

Si pour vous le réveillon de Noël est synonyme de foie gras, champagne et dinde aux marrons, les fêtes d’hiver ont toujours quelque chose de magique et les Roumains adorent leurs traditions, censées a