Samedi 26 septembre 2020

COUPLE FRANCO-ROUMAIN - Andra et David

Par Grégory Rateau | Publié le 24/08/2020 à 00:00 | Mis à jour le 24/08/2020 à 00:00
COUPLE FRANCO-ROUMAIN Andra et David diversité roumanie canada francophonie
Cette semaine, nous quittons un peu l'Europe pour aller à la rencontre d'un nouveau couple franco(phone)-roumain, un coupe canado-roumain pour être plus précis. Elle est roumaine et lui est canadien, ensemble ils viennent d'avoir un enfant.
 
 
 
Grégory Rateau: Pouvez-vous nous présenter brièvement votre couple? 
 
Andra : Nous sommes ensemble depuis 12 ans et demi, mariés depuis 7 ans. 
 
David : Nous avons une fille ensemble et j'ai eu pour ma part 2 grands garçons avec mon ex-conjointe, qui ont respectivement 16 et 21 ans.
 
 

Parlez-nous de votre première rencontre ? 

Andra : Nous nous sommes rencontrés au travail, j'étais réceptionniste chez West-Island Saturn Saab, il avait appelé pour une entrevue et il dit qu'il est tombé en amour avec ma voix (rire). Finalement il a eu le poste, il était vendeur d'automobiles et nous avons travaillé ensemble pendant 1 an avant de se mettre ensemble.

David : Nous sommes devenus très rapidement de très bons amis, voire même des meilleurs amis, et nous avons appris à se connaître.

 

Qu’est-ce qui vous a plu chez l’autre ?

Andra : Ses beaux et grands yeux verts, son sens de l'humour, sa personnalité.
 
David : Je la trouvais belle et gentille, et c'est encore le cas aujourd'hui.
 
 
Êtes-vous déjà venu en Roumanie David?
 
Non, je ne suis jamais allé en Roumanie mais je planifie de le faire dans un avenir proche.

 
 
Andra, vous vivez au Canada depuis l'âge de 8 ans, l'âge de votre fille justement. Comment s'est passée votre intégration? Avez-vous gardé des liens avec vos racines roumaines?
 
Auparavant, jai habité en Belgique pendant 4 ans et j'ai effectivement déménagé au Canada à l'âge de 8 ans. C'était dur, je ne parlais pas le français, j'ai dû intégrer une classe d'accueil pendant 1 an, apprendre le français, apprendre à l'écrire également. Mes parents avaient découvert l'église orthodoxe roumaine où nous allions chaque dimanche, j'ai intégré la chorale de l'église et à travers ça, je me suis fais des amis roumains.

 
Comment votre enfant vit-elle ses deux origines? Parle-t-elle également le roumain?
 
Alyssia comprend légèrement le roumain mais elle adore la nourriture roumaine et quand elle va chez ses grand-parents, ils lui parlent en roumain. Ma tante de Roumanie passe tous ses étés ici aussi, à part cette année à cause du Covid-19. Notre fille est très proche de ses racines roumaines.  

 

De manière un peu plus légère, y-a-t-il chez l'autre un trait de caractère proprement français, et proprement roumain que vous aimez ou que vous détestez ?

David : Non pas vraiment, nous avons tous les deux de forts caractères et notre fille également mais on s'est adaptés les uns aux autres (rire).

 

Un cliché lié à vos deux cultures respectives que vous avez su dépasser chez l'autre?

Andra : David avait des difficultés avec le fait que mon père voulait que je sois avec un Roumain et avec aucune autre nationalité. Avec le temps, mon père s'est adapté et aujourd'hui il l'aime beaucoup. 

 

Une expression, un dicton que vous avez appris dans les deux cultures ?

David : Noroc, poftă bună, te iubesc!

Andra : Je sacre en québécois quand je suis fâchée. 

Nous vous recommandons

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien