Mercredi 16 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une réglementation pourrait bloquer l'activité d'Uber et Bolt en RO

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 17/05/2019 à 00:00 | Mis à jour le 17/05/2019 à 00:00
Photo : Pixabay.com
uber roumanie situation

Les chauffeurs partenaires des sociétés de covoiturage Uber et Bolt (Taxify) pourraient décider de ne plus fournir de services de transport à compter du jeudi 16 mai, avec l'entrée en vigueur d'un nouvel amendement à la loi sur les services de taxis, a rapporté la Stirileprotv.ro locale.

 



Le gouvernement a adopté fin mars une ordonnance d'urgence modifiant la loi réglementant l'activité des services de taxi et de location de voitures. Selon cette OUG, qui entrera en vigueur le 16 mai, ceux qui fournissent des services de transport de passagers sans les licences nécessaires peuvent être sanctionnés immédiatement. Jusqu'à présent, seuls ceux qui fournissaient ce type de services «à plusieurs reprises» étaient passibles d'amendes, ce qui rendait très difficile la sanction des conducteurs qui n'avaient pas de permis de taxi. En vertu de la nouvelle réglementation, les plaques d'immatriculation des conducteurs peuvent même être suspendues pendant six mois.



Ainsi, les partenaires conducteurs d’Uber et de Bolt pourraient décider qu’il est trop risqué de continuer à fournir des services de transport, ce qui pourrait bloquer l’activité de ces entreprises. Les représentants d'Uber et de Taxify ont déclaré qu'ils ne pouvaient pas fermer les applications, mais que c'était aux conducteurs de décider s'ils travaillaient ou non, selon Mediafax. Ainsi, bien que les services restent actifs, les utilisateurs peuvent avoir des difficultés à trouver des pilotes.



Après l’adoption de cette ordonnance par le gouvernement, en mars, le ministère du Développement a annoncé que les services de covoiturage seraient réglementés séparément, mais cela n’a pas encore été fait. Par ailleurs, les représentants des compagnies de taxi ont déclaré qu’ils ne souhaitaient pas que le gouvernement réglemente et autorise ainsi ce type d’activités.



Mise à jour: Le vice-Premier ministre Daniel Suciu a annoncé mercredi que le gouvernement travaillait actuellement sur un projet de loi visant à réglementer les services de covoiturage, mais que le processus avait pris plus de temps que prévu initialement en raison de la complexité du nouveau règlement. Il a ajouté que l'ordonnance d'urgence adoptée en mars ne vise pas à interdire Uber, mais à lutter contre la piraterie dans le secteur des services de taxi.



"Par le biais de cette ordonnance d'urgence, le gouvernement a interdit la piraterie à Uber. Beaucoup ont évoqué des abus possibles à partir de jeudi. J'exhorte les gens à ne pas être trop zélés, et je parle des concurrents de ceux qui fournissent des services de covoiturage. Il reste au moins trois points à compléter et cette activité sera réglementée. Mais à partir de jeudi, le piratage sera interdit et rien d’autre ", a déclaré Daniel Suciu, cité par Mediafax.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Herve ven 24/05/2019 - 19:13

Bien triste de voir disparaître Uber et d’être confronté aux taxis dont le but est d’utiliser tous les stratagèmes possibles pour voler les étrangers ... pourquoi laisser opérer ces sociétés de taxi (sans contrôles réels et sévères) qui ruinent l’image de la ville et du pays ?

Répondre
Commentaire avatar

Sam sam 18/05/2019 - 20:57

Dans une ville comme Bucuresti je trouve que les services d'Uber sont tres appréciables ! Bien plus que bon nombre des taxi normaux qui ne respectent pas les client et pratiquent des arnaques en touts genres sur le prix des courses. Détours, pas d utilisation du taximetre a certaines heures... tarifs à la tete du client... non merci!

Répondre
Commentaire avatar

roundtrip ven 17/05/2019 - 08:40

Les Oligarques roumains propriétaires de Stes de taxis par l'intermédiaire de leurs larbins les politicards montent à l'assaut de ces boites californiennes qui ont bouleversé le marché de la mobilité en pondant un modèle économique qui consiste à prélever une grasse com sur le dos des esclaves qu'ils recrutent et font trimer des heures entières pendant qu'eux sirotent du Chablis dans les auberges de Sausolito. Vous avez raison messieurs de vous attaquer à ces crapules mais essayer de trouver une solution pour ces pauvres gars qui ont parfois investi des sommes importantes pour tenter de survivre et faire vivre leurs familles.

Répondre
Commentaire avatar

Amytie sam 18/05/2019 - 23:37

Si les taxis de Bucarest n étaient pas pour la plupart des brutes des voleurs de dangereux conducteursxils auraient plus de client Vive Uber

Répondre