Jeudi 1 octobre 2020

STATS- 1 Roumain sur 5, entre 25-40 ans, vit et travaille à l’étranger

Par Ana-Maria Roșca | Publié le 06/03/2018 à 00:00 | Mis à jour le 06/03/2018 à 07:23
infografic-1-860x2786 copie

Presque 2,58 millions de Roumains, représentant presque 12% de la population totale du pays, ont vécu à l’étranger pendant plus d’un an, d'après l’Indicateur Social de la Fondation Friedrich Ebert.
Le pourcentage des Roumains qui vivent et travaillent à l’étranger est presque double pour la tranche d’âge entre 25 et 40 ans, étant la période la plus active sur le marché du travail mais aussi en termes de fécondité. Ainsi, 1 Roumain sur 5 dans cette tranche d’âge vit et travaille à l’étranger. De plus, leurs enfants seront nés à l’étranger. Presque 5% des enfants roumains de moins de 4 ans vivent à l’étranger et le pourcentage s’élève à presque 8% pour la tranche d’âge de 5 à 9 ans.
Selon l’étude, le pourcentage des Roumains qui vivent à l’étranger sur le long terme est plus élevé dans les régions urbaines (15,9%) que dans celles rurales (6,1%), probablement à cause du fait que beaucoup de gens de la campagne travaillent à l’étranger sur des contrats saisonniers.
Le plus grand nombre de Roumains vivant à l’étranger se trouve dans la région du nord-est (Moldova/la Moldavie), à savoir 17,7% de la population dans cette région. Celle-ci est aussi la plus pauvre région de la Roumanie et une des cinq plus pauvres régions de l’Union Européenne, avec un PIB par habitant de seulement 36% de la moyenne de l’UE, d’après les données d’Eurostat.
L’étude de la Fondation Friedrich Ebert repose sur les données officielles de l’Institut National des Statistiques (INS), et indique que la Roumanie compte au total 22,2 millions d’habitants et une population résidente de 19,6 millions d'habitants.       

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Roundtrip jeu 15/03/2018 - 11:44

Dans les années 20 la migration était à 90 % signe de départ pour une vie meilleure ! de nos jours quitter sa terre ses proches ses enfants pour aller chercher ailleurs est pour certains un calvaire mais mieux vaut souffrir de discrimination de rejet de la population d'acceuil qu'une agonie lente dans son propre pays. Politiques roumains de tous bords posez vous la question de ce malaise qu'éprouve le peuple roumain. Il ne mérite pas cela...

Répondre