Dimanche 26 septembre 2021
TEST: 2245

Du nouveau dans le scandale de la collecte des déchets municipaux à Bucarest

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 28/07/2021 à 00:00 | Mis à jour le 28/07/2021 à 11:36
Photo : pexels
scandale de la collecte des déchets municipaux à Bucarest

Le maire du district 1 de Bucarest, Clotilde Armand, a obtenu l'approbation de l'état d'urgence du représentant du gouvernement local (préfet) à la fin de la semaine dernière, et a embauché une autre entreprise municipale de collecte des déchets solides à court terme et envisage de demander à nouveau en justice la résiliation du contrat avec le contractant Romprest.

 

Signé par ses prédécesseurs pour une période de 25 ans, le contrat est trop cher, affirme-t-elle, a rapporté News.ro.

Suite aux conflits répétés entre C. Armand et Romprest, les déchets municipaux se sont fréquemment accumulés dans les rues.

 

C. Armand demande la résiliation du contrat de ramassage des déchets à Bucarest

Pour demander la résiliation du contrat devant le tribunal, C. Armand demandera le soutien du conseil local après qu'une décision de justice clarifie qu'il s'agit d'une étape préalable.

On ne sait pas si le conseil soutiendra l'action de Clotilde Armand. Mais même si finalement engagée, l'issue de l'action en justice est imprévisible.

Sans être nécessairement un sujet brûlant au niveau national, le scandale révèle une fois de plus la faible cohérence de la coalition au pouvoir en Roumanie et la multitude de conflits entre ses membres.

 

Tensions politiques et implication potentielle de la mafia italienne

Membre du parti réformiste USR PLUS, C. Armand affirme ne pas être soutenue par les conseillers du parti libéral (PNL), ce qui donne l'occasion à l'opposition social-démocrate (PSD) d'accuser la coalition au pouvoir dans son ensemble pour les plus démunis en général. C'est plutôt ironique car le contrat controversé de 25 ans a été signé par un libéral.

Le contrat signé par C. Armand avec l'entreprise alternative de collecte des déchets municipaux, Brai-Cata, a soulevé plus de questions en raison de ses liens controversés liés à la mafia italienne et de ses mauvaises performances dans d'autres municipalités où elle opère. Cependant, il n'est pas sûr que les entreprises au pedigree parfaitement propre soient fréquentes dans cette industrie.

 

 

 

 

 

 

source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir