TEST: 2245

Référendum : réactions politiques après une faible participation

Par Grégory Rateau | Publié le 09/10/2018 à 00:00 | Mis à jour le 09/10/2018 à 07:31
arnaud-jaegers-253360-unsplash

Plusieurs politiques ont réagi suite au référendum pour redéfinir la famille dans la Constitution qui a eu lieu ce weekend et qui n'a pas pu être validé à cause de la faible participation. Le parti d'opposition est satisfait des résultats alors que le parti au pouvoir parle d'un "échec de la Roumanie" et accuse l’opposition d'avoir boycotté ce référendum. Pendant ce temps, le Parti national libéral (PNL), le principal parti d'opposition en Roumanie, fait maintenant face à un scandale interne.

 



Codrin Stefanescu, secrétaire général adjoint du Parti social-démocrate (PSD) au pouvoir, a déclaré dimanche soir, après que les premiers résultats aient été annoncés, que le résultat est un "échec des Roumains et de la Roumanie", et a accusé les partis d'opposition et le président d'avoir boycotté le référendum. Malgré tout, il a déclaré que le nombre de Roumains ayant voté lors du référendum était "gigantesque".



Il a ajouté que les partis d'opposition ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour boycotter le référendum, ajoutant que certains se sont "moqués" de cet exercice démocratique, "piétinant l'église, la famille traditionnelle, les traditions et les coutumes ancestrales". Il a aussi accusé le président d'agir comme s'il était  "président d'un autre pays", à cause du fait qu'il n'avait pas annoncé s'il allait voter ou pas. Le président a voté dimanche soir mais n'a désiré faire aucune déclaration sur son choix.

 


Dans le même temps, Robert Negoita, maire du secteur 3 de Bucarest, a critiqué le chef du PSD, Liviu Dragnea, insinuant qu'un vrai dirigeant saurait convaincre les gens d'aller voter, a rapporté le quotidien Adevarul. Il a ajouté que les 40 millions d'euros qui avaient été dépensés pour ce référendum, auraient pu être utilisés pour autre chose.



Negoita est un membre important du PSD et un ami de la maire Gabriela Firea. Le mois dernier, il a fait parti des signataires du PSD demandant la démission de Dragnea.



Udo Bullmann, président du groupe S&D au Parlement européen, a également réagi au résultat du référendum. Il a déclaré dans un communiqué de presse: "Une grande partie de la population est contre cette discrimination à l’encontre des couples du même sexe. La proposition de modification de la constitution aurait été un pas en arrière pour les droits de la communauté LGBT et nous sommes heureux que cette conception intolérante de la famille n'ait pas reçu le soutien des citoyens roumains. Ce qui compte dans un mariage c'est qui on aime et non pas leur genre."



"Nous espérons que le gouvernement roumain écoutera les électeurs et se concentrera sur les questions qui leur tient vraiment à cœur. Nous encourageons le gouvernement à proposer un projet pour un partenariat civil qui est actuellement en préparation."



Dans le même temps, le parti d'opposition Save Romania Union (USR) a salué le résultat, affirmant qu'il s'agissait d'un "référendum inutile qui ne changerait pas le statut juridique de la famille ou du mariage ainsi que la vie quotidienne des Roumains." Il a ajouté que ce vote représentait aussi un "vote de non confiance" pour les leaders des partis au pouvoir, Liviu Dragnea et Calin Popescu Tariceanu, "qui pensaient pouvoir manipuler les Roumains par la peur et les mensonges".



"L'USR est convaincu que les Roumains n'ont pas voulu que leur votes soient utilisés par le PSD et l'ALDE comme argument pour les attaques contre la justice et pour la sortie de la Roumanie de l'UE."



L'ancien Premier ministre technocrate Dacian Ciolos, fondateur du parti politique Romania Together, a déclaré que le référendum "n'a ni gagnants ni perdants", ajoutant que c'était "une leçon importante qui nous a appris que les politiques ne peuvent pas trafiquer les croyances et les attentes des Roumains".



"Quand les politiciens oublient de servir leur peuple, et le voient comme une masse à manipuler, qu'ils utilisent pour résoudre leurs propres intérêts, les gens regagnent confiance en eux pour parler". Et cette fois, les Roumains ne veulent plus être trompés et manipulés par les politiciens ", a déclaré Ciolos.

 

Le résultat du référendum a suscité un mécontentement au sein du PNL, le plus grand parti d'opposition de Roumanie. Certains membres du parti ont posté des messages attaquant Ludovic Orban, l'accusant de mener le parti dans la mauvaise direction. Orban a voté lors du référendum en soutenant la famille traditionnelle. Certains des libéraux qui ont transmis ce message sont Alina Gorghiu, César Preda, Mara Calista, Catalin Predoiu, Mişu Voicu, Ovidiu Raeţchi, tous des membres importants du PNL, selon les médias locaux.



Les résultats partiels présentés par le président du Bureau électoral central lundi matin, 8 octobre, indiquent que seuls 20,96% des Roumains ont voté lors du référendum, en dessous du seuil des 30% nécessaire pour valider le référendum. Parmi ceux qui ont voté, plus de 91% d'entre eux ont voté en faveur du changement de la Constitution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/family-referendum-romania-political-reactions/

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Michel de Seelisberg mar 09/10/2018 - 09:28

Bravo aux citoyennes et aux citoyens roumains qui ont montré leur ouverture d'esprit et sans doute aussi manifesté que les autorités feraient mieux d'améliorer le sort de toute la population plutôt que de dépenser des millions pour s'en prendre à la liberté des individus !

Répondre

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale