Rapport: 23 000 bâtiments à Bucarest menacés en cas de tremblement de terre majeur

Par Grégory Rateau | Publié le 03/06/2022 à 00:00 | Mis à jour le 03/06/2022 à 00:00
Photo : copie d'écran DIGI 24
Rapport  23 000 bâtiments à Bucarest menacés tremblement de terre risque

Environ 23 000 bâtiments à Bucarest pourraient être « gravement endommagés » en cas de tremblement de terre majeur, selon un rapport d'évaluation des risques rédigé par le Comité municipal de Bucarest pour les situations d'urgence. Le même rapport estime qu'environ 6 500 personnes pourraient mourir et 16 000 seraient gravement blessées si un tel tremblement de terre frappait la ville.

 

Prenant comme indicateur le tremblement de terre de 1977, les experts du Comité des situations d'urgence considèrent les tremblements de terre comme un facteur de risque majeur à Bucarest. Cette année-là, un tremblement de terre de magnitude 7,3 a frappé certaines parties du sud de la Roumanie, dont Bucarest. Il a fait 1 578 morts et 7 500 blessés. La capitale a été la plus durement touchée : 90 % des décès et 70 % des pertes matérielles ont eu lieu à Bucarest. Trente-trois bâtiments se sont effondrés, causant des dommages atteignant jusqu'à 2 milliards de dollars.

Aujourd'hui, ce chiffre serait beaucoup plus élevé. « Compte tenu du fait que [Bucarest] concentre environ 10 % de la population du pays, plus de 15 % de sa production industrielle, une part importante des activités de services, ainsi que les principales composantes des structures étatiques et privées. "Il faut dire que le risque a augmenté ces dernières années", indique le rapport, cité par G4Media.

Le Comité des situations d'urgence a identifié environ 400 bâtiments d'au moins huit étages et construits entre 1925 et 1940 qui sont particulièrement vulnérables aux tremblements de terre. Environ 900 kilomètres de conduites en acier seraient également menacés. Le système de chauffage centralisé, ainsi que les conduites d'eau, seraient touchés, ainsi que les grands hôtels et environ 35 kilomètres du réseau de métro.

Le rapport se termine en imaginant un scénario qui montre que 50% des bâtiments qui seraient gravement endommagés par un tremblement de terre sont construits avec des matériaux de mauvaise qualité, sans être nécessairement de grande hauteur. 40 % supplémentaires sont des bâtiments de taille moyenne qui ont été construits en béton armé. Enfin, les 10 % restants sont constitués de grands immeubles en béton.

Sur les 23 000 bâtiments qui seraient endommagés par un tremblement de terre, environ 1 000 pourraient « s'effondrer partiellement ou complètement », selon le Comité des situations d'urgence.

Si un tremblement de terre devait se produire la nuit, il trouverait plus de 450 000 habitants de Bucarest dans des bâtiments construits avant 1977, l'année du dernier tremblement de terre majeur après lequel de nouvelles réglementations de construction ont été mises en place.

Cela signifierait, selon le scénario du rapport, qu'environ 95 000 personnes se retrouveraient piégées, sans possibilité de quitter le bâtiment en raison de dégâts. Certains seraient piégés sous les débris. Plus de la moitié d'entre eux se trouveraient dans de grands immeubles seuls.

Les projections évaluent le nombre de morts à 6 500. 16 000 personnes supplémentaires seraient gravement blessées, 10 500 devraient être hospitalisées et des milliers d'autres seraient légèrement blessées.

Un séisme de jour aurait moins d'impact en termes de pertes humaines.

"Antisismic District", un projet lancé en 2019 par l'Association pour la culture et la normalité (ARCEN) en collaboration avec l'Association pour la réduction du risque sismique (Re:Rise), vise à doter les jeunes des compétences nécessaires pour survivre lors d'un tremblement de terre .

Le projet comprend des séances de préparation avec les élèves de certaines écoles de Bucarest. Les séances se sont poursuivies tout au long de la pandémie, en personne et en ligne.

"Nous nous sommes appuyés sur les informations qu'ils nous ont données, mais aussi sur les besoins que nous avons identifiés et sur les gestes qu'ils ne faisaient pas, ni eux ni leurs familles", a déclaré Alberto Groșescu, directeur exécutif de l'ARCEN, cité par G4Media. Il a ajouté que savoir quoi faire lors d'un tremblement de terre peut prévenir des tragédies similaires à celles provoquées par le tremblement de terre de 1977.

Depuis 1900, la Roumanie a enregistré 526 tremblements de terre de plus de 4 sur l'échelle de Richter. Parmi ceux-ci, 467 avaient une magnitude comprise entre 4 et 5. Environ 53 autres se situaient entre 5 et 6, deux entre 6 et 7 et quatre au-dessus de 7.

 

 

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale