Vendredi 3 juillet 2020

Monica Anisie refuse d'annuler les examens nationaux en Roumanie

Par Grégory Rateau | Publié le 28/05/2020 à 00:00 | Mis à jour le 28/05/2020 à 00:00
Monica Anisie refuse d'annuler les examens nationaux en Roumanie
Madame le ministre roumain de l'éducation, Monica Anisie, a déclaré que l'annulation des examens nationaux n'était même pas une option théorique. Sa réaction intervient après qu'un "mouvement étudiant" nouvellement créé a demandé aux autorités d'envisager d'annuler le baccalauréat et l'évaluation nationale de cette année en raison des risques pour la sécurité liés à COVID-19.
 


"Nous ne considérons même pas théoriquement l'option d'annuler les examens, car nous n'avons jamais eu la moindre intention de geler l'année scolaire", a déclaré le ministre de l'Education au portail local de l'éducation Educatieprivata.ro.

"Pour le moment, il n'y a aucune raison de penser à une telle chose. Le ministère de l'Éducation a préparé, en collaboration avec le ministère de la Santé, les procédures spécifiques de prévention et de lutte contre les maladies, sur la base de l'ordonnance conjointe déjà publiée", a-t-elle ajouté.

"Les inspections des écoles de la région et la direction des unités éducatives se préparent à la réouverture des écoles. Les inspections collaborent avec les directions de la santé publique afin que chaque unité d'enseignement dispose d'un personnel médical qui assurera la supervision et le triage épidémiologique. De nombreuses écoles sont déjà préparées et ont pris les mesures nécessaires ", a expliqué Monica Anisie. Le ministère de l'Éducation distribuera des masques aux écoles locales, qui seront offerts aux élèves qui vont à l'école pour se préparer aux examens.

Il y a eu une certaine pression en Roumanie pour annuler les examens nationaux cette année en raison des risques d'infection au COVID-19. Le Mouvement des étudiants en Roumanie, une organisation fondée récemment, a demandé au gouvernement d'annuler les examens. Le mouvement a suggéré que le score au Baccalauréat de cette année pourrait être remplacé par la note moyenne des quatre dernières années scolaires. Certaines organisations mères et stations de télévision soutiennent leur initiative.

Cependant, des organisations plus représentatives, telles que le Conseil national des étudiants de Roumanie, l'Alliance nationale des organisations étudiantes, la Fédération nationale des associations de parents d'élèves et deux grands syndicats d'enseignants (Spiru Haret et Alma Mater), ainsi que l'ONG Save the Children, veulent que les examens nationaux aient lieu.

"Dans un système d'enseignement préuniversitaire dans lequel le processus d'évaluation n'est pas unitaire et où il existe des écarts non seulement entre les unités d'enseignement mais même entre les classes d'une même école, les moyennes obtenues au fil des ans ne peuvent remplacer le Baccalauréat et l'Évaluation nationale », ont soutenu ces organisations.
 
"L'annulation de l'examen du baccalauréat est une mesure sans précédent qui impliquerait l'octroi de diplômes du baccalauréat à tous les élèves, diplômés du secondaire, qui obtiendraient une moyenne générale supérieure à 6 pour les années de lycée. Cette mesure serait discriminatoire à l'égard de tous les titulaires d'un baccalauréat qui ont passé cet examen entre 2011 et 2019 ", ont également déclaré les organisations.

L'ancien ministre de l'Éducation, Daniel Funeriu, affirme que la pression pour annuler l'examen du Baccalauréat cette année provient des universités privées qui espèrent inscrire des dizaines de milliers d'étudiants qui n'ont pas réussi l'examen depuis 2011. Funeriu a introduit la vidéosurveillance pour l'examen du Baccalauréat en 2011, ce qui a entraîné une baisse importante du pourcentage d'élèves réussissant l'examen.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

GASTRONOMIE

LA RECETTE ROUMAINE DU CHEF - Carassin frit

La recette d'aujourd'hui a une histoire à part qui commence par un épisode de vie citadine assez commun à Bucarest et dans d'autres villes roumaines, surtout du sud du pays, à proximité du Danube, ou