Le ministre de l'Éducation RO suggère de vérifier les thèses de doctorat après 1990

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 05/08/2021 à 00:00 | Mis à jour le 05/08/2021 à 10:43
Le ministre de l'Éducation RO suggère de vérifier les thèses de doctorat après 1990

Le ministre roumain de l'Éducation, Sorin Câmpeanu, a demandé à toutes les universités du pays de vérifier le plagiat de toutes les thèses de doctorat qu'elles ont publiées depuis 1990, travaux qui ont conduit aux titres de docteur (ès lettres) accordés par les universités, a rapporté G4media.ro.

 

La proposition a suscité la surprise, car il existe déjà un organisme national chargé de ce type d'évaluation qui est en outre un organisme plus indépendant que les universités elles-mêmes.

Un grand nombre de cas de plagiat parmi les thèses de doctorat soumises par des politiciens de premier plan ont récemment suscité l'intérêt du public pour un problème qui a tourmenté le système d'enseignement supérieur au cours des trois dernières décennies.

Câmpeanu a promis de fournir un financement approprié pour l'opération, à partir du fonds pour les situations particulières du ministère de l'Éducation.

La semaine dernière, les médias ont critiqué le ministre Câmpeanu pour avoir refusé de rendre publique sa thèse de doctorat, selon Adevarul.

L'organisme chargé de contrôler l'intégrité des thèses de doctorat (CNATDCU) a récemment rejeté une tentative du ministre Câmpeanu visant à modifier les procédures utilisées pour le contrôle du plagiat.

Au niveau national, 77 111 titres de docteur ont été décernés depuis 1990, dont plus de la moitié ont été délivrés par les grandes universités de Bucarest, Cluj, Iasi et Timisoara, selon le ministre.

 

 

 

 

Source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale