L'US Air Force déploie des drones MQ-9 Reaper et des aviateurs en RO

Par Grégory Rateau | Publié le 07/01/2021 à 00:00 | Mis à jour le 07/01/2021 à 10:49
Photo : Facebook/Ministerul Apararii Nationale)
US Air Force roumanie drones

Plusieurs avions MQ-9 Reaper et environ 90 aviateurs de l'US Air Force ont été déployés sur la base aérienne de Campia Turzii en Roumanie, où ils mèneront des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance à l'appui des opérations de l'OTAN.

 

Les drones et les aviateurs resteront à la base de Campia Turzii pendant "quelques mois", a indiqué le ministère roumain de la Défense. L'armée de l'air roumaine, par le biais de sa base aérienne, fournira le soutien technique, opérationnel et logistique aux missions à effectuer pendant leur déploiement en Roumanie.

«Le positionnement avancé de nos MQ-9 (drones Reaper) est prêt et à un emplacement stratégique clé ce qui rassure nos alliés et partenaires, tout en envoyant un message fort à nos adversaires: nous pouvons répondre rapidement à toute menace émergente», selon les déclarations du général Jeff Harrigian, commandant des forces aériennes américaines en Europe et des forces aériennes africaines dans un communiqué cité par Apnews.com.

Ce déploiement a été entièrement coordonné avec la collaboration du gouvernement roumain, selon le communiqué américain. Les États-Unis et la Roumanie entretiennent des relations militaires étroites en tant qu'alliés de l'OTAN et coopèrent sur de nombreuses questions de sécurité régionale. "La présence avancée du MQ-9 rendue possible par ce déploiement démontre l'engagement des États-Unis en faveur de la sécurité et de la stabilité de l'Europe et vise à renforcer les relations entre les alliés de l'OTAN et d'autres partenaires européens", indique le même communiqué.

Le ministère roumain de la Défense a déclaré que la présence d'alliés américains en Roumanie "représente une opportunité pour développer, tester et évaluer la capacité de combat, les activités conjointes étant un élément clé pour augmenter le niveau d'interopérabilité entre nos deux pays".

 

 

 

 

sources

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
4 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Jihème ven 08/01/2021 - 10:21

Et la passivité face à la politique agressive et conquérante de la Turquie, elle fait la démonstration de quoi ?

Répondre
Commentaire avatar

Jihème jeu 07/01/2021 - 14:49

On ose espérer que " l'engagement des États-Unis en faveur de la sécurité et de la stabilité de l'Europe", cela concerne la politique agressive de la Turquie ? Sinon qui d'autre nous menace vraiment ?....

Répondre
Commentaire avatar

Roundtrip ven 08/01/2021 - 12:19

Ah mes pauvres Roumains! vos politicards vous ont de nouveau vendu aux ricains pour un plat de lentilles .La Turquie est le prétexte évoqué pour déployer ces engins face à la Russie de Poutine tous comme les missiles en Pologne pour soit disant contrer l'Iran vous comprendrez que la politique américaine repose uniquement sur la monnaie de singe qu'est le dollar et une menace belliqueuse constante sur le monde grace un budget de 700 milliards de dollars. La Russie est une grande Nation et un partenaire incontournable pour maintenir la paix dans ce monde même si ses dirigeants ne sont pas exsangue de tous reproches. Je délivre ici mon opinion en espérant que Mr Rateau ne censure pas de nouveau mes propos .

Répondre
Commentaire avatar

Dori sam 09/01/2021 - 09:20

Tout à fait d'accord. Les événements du Capitole ne sont que les prémisses de l'effondrement du système politique et financier américain, système soutenu par tout nos guignols qu'ils soient français, allemands, ou roumains ou autres, tous réunis à Bruxelles. Les puissances financières ricaines ne lâcheront pas l’affaire aussi facilement et sont prêtes à faire rayer l’Europe de la carte s'il le faut pour sauver leur peau. Nos pauvres mômes sont bien mal barrés.

Répondre

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale