Les socialistes européens gèlent les relations avec le PSD

Par Grégory Rateau | Publié le 15/04/2019 à 00:00 | Mis à jour le 15/04/2019 à 00:00
Photo : Shutterstock
socialistes européens relations gelées avec PSD
Le Parti des socialistes européens (PSE), la deuxième force du Parlement européen, a décidé de geler ses liens avec le parti au pouvoir, le parti social-démocrate (PSD), en attendant que le gouvernement roumain clarifie son engagement en faveur de l'état de droit et suive les recommandations formulées à cet égard par la Commission européenne.
 
 
 

Le parti va discuter pour déterminer si oui ou non le PSD restera membre du PSE lors de son prochain sommet en juin, a annoncé le président du PSE, Sergei Stanishev, le 10 avril à Euractiv.ro. Jusqu'en juin, le PSD ne sera plus invité aux événements du PSE et les dirigeants du PSE ne viendront pas en Roumanie pour soutenir des candidats au PSD dans la campagne pour les élections européennes, a souligné Stanishev.


Andi Cristea, eurodéputé du PSD, a déclaré que ce traitement était «inacceptable».


"S'il y a des collègues du PSE préoccupés par l'état de droit en Roumanie, nous nous attendons à ce qu'ils nous disent concrètement quels sont les problèmes qui les inquiètent. […] Nous pensons que toute cette histoire est liée à l'état de droit de la Roumanie. La loi est plutôt une affaire de logique électorale que de réelle préoccupation », indique le communiqué de presse de Cristea.


Les inquiétudes suscitées par les nouvelles initiatives du PSD visant à modifier les lois sur la justice et les codes pénaux avec des amendements susceptibles d'affaiblir l'état de droit et de lutter contre la corruption en Roumanie ont incité la Commission européenne et les dirigeants du Parlement européen à adresser des avertissements répétés au gouvernement roumain. Le premier vice-président de la CE, Frans Timmermans, lui-même membre du PSE, a récemment déclaré que la CE prendrait des mesures immédiates si la Roumanie adoptait de tels changements sans débat en bonne et due forme. Le Parlement européen discutera à nouveau de la situation de la justice en Roumanie lors d'une session plénière à Strasbourg le lundi 15 avril.


Les appels lancés au PSE pour exclure le PSD de ses rangs se sont également intensifiés ces dernières semaines. Katarina Barley, une candidate éminente des socialistes allemands (SPD) au Parlement européen, a condamné la politique du PSD.


La pression du PSE pour sanctionner le PSD s'est en quelque sorte accrue après que le Parti populaire européen (PPE) a décidé de suspendre le parti au pouvoir hongrois, le Fidesz, de ses rangs, en raison d'un discours agressif à l'encontre des dirigeants de l'UE.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale