Les financements pour l’institut du roi Mihai Ier ont été accordés

Par Grégory Rateau | Publié le 02/11/2018 à 00:00 | Mis à jour le 02/11/2018 à 08:42
Photo : Wikipedia
King_Michael_I_of_Romania_by_Emanuel_Stoica

Ce mercredi 31 octobre, la Chambre des députés de la Roumanie a adopté un projet de loi portant sur la création de l’institut du roi Mihai (Michael) Ier, qui devrait bénéficier d’un financement de 860 000 euros par an.

 

 

La loi a été adoptée tacitement alors qu’elle dépassait le délai légal de débat et de vote. Elle sera transférée au Sénat, qui aura le dernier mot sur ce sujet, a rapporté Mediafax.

 

Selon le projet de loi, l’institut du roi Mihai Ier aura son siège au palais d'Elisabeta à Bucarest.

 

L’activité de l’institut comprend la création et le développement de projets et de programmes visant à promouvoir les traditions, les symboles nationaux, les personnes et les réalisations dans les domaines de la science, de la culture, de l’éducation, du sport et des affaires. Elle promeut également l’image de la Roumanie à l’étranger.

 

Le directeur de cette institution sera proposé par la gardienne de la Couronne, la princesse Margareta, et sera ensuite voté par le Parlement. L'institution doit également présenter des rapports d'activité annuels au Parlement.

 

Le roi Mihai Ier, dernier souverain de la Roumanie, qui régna jusqu'en décembre 1947, mourut en décembre 2017 à l'âge de 96 ans. La princesse Margareta, sa fille aînée, est maintenant la gardienne de la couronne de Roumanie et à la tête de la famille royale de Roumanie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/chamber-deputies-bill-king-michael-institution/

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale