TEST: 2245

Le Roumain Avram Iancu termine 3ème au 6633 Arctic Ultra (marathon)

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 19/03/2019 à 00:00 | Mis à jour le 19/03/2019 à 00:00
Photo : Avram Iancu on Facebook)
avram_iancu_finishes_6633arctic_ultra_avram_iancu_on_facebook

Le Roumain Avram Iancu, aussi connu sous le nom du bibliothécaire qui a nagé dans la Manche, a terminé troisième de l'édition de cette année du 6633 Arctic Ultra, l'un des ultra-marathons les plus difficiles au monde. Il a complété la course de 611 kilomètres en plus de ses 206 heures (huit jours et demi).

 



Seuls 6 des 15 concurrents engagés dans la course cette année ont réussi à atteindre la ligne d'arrivée.



«J'ai suivi mon chemin jusqu'à la fin. Jusqu'au bout du monde », a écrit Avram Iancu sur Facebook. "Même si je l'ai fait, je n'ai aucun mérite, c'est la grâce divine."



Avram Iancu est le quatrième Roumain à terminer cette course après le triple vainqueur Tiberiu Useriu, Andrei Rosu et Vlad Tanase. Il a également participé à la course de l’année dernière mais a été contraint de s’arrêter après une journée en raison de douleurs au mollet.



Avram Iancu est devenu un athlète d'endurance durant ces dernières années, principalement en raison de ses performances en tant que nageur. Il nageait dans la Manche sans utiliser la moindre combinaison en néoprène. Il a également nagé le Danube au printemps jusqu'à la mer Noire, une première mondiale. Lors d'une autre prestation il a aussi nagé durant 60 jours dans la mer Noire de Constanta jusqu'à Istanbul.

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/romanian-avram-iancu-arctic-ultra-2019

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale