TEST: 2245

Le président refuse de nommer Adina Florea à la tête de la DNA

Par Grégory Rateau | Publié le 23/11/2018 à 00:00 | Mis à jour le 23/11/2018 à 09:26
dna1

Le président roumain, Klaus Iohannis, a rejeté, ce mercredi 21 novembre, la proposition du ministre de la Justice de nommer la procureur Adina Florea à la tête de la Direction Nationale de la lutte Anti-corruption (DNA).

 

 

Le président a également rejeté quatre autres nominations aux postes de procureurs au sein du Bureau du Procureur général et de la Direction de la lutte contre la criminalité organisée - DIICOT. Il a fait valoir que les candidatures ne remplissaient pas toutes les conditions légales.

 

Le ministre de la Justice, Tudorel Toader, a envoyé sa candidature à Iohannis pour le poste de procureur général de la DNA en octobre. Toader a décidé de soutenir Adina Florea pour ce poste malgré un avis négatif du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), qui a estimé que Florea n’était pas apte à occuper ce poste important.

 

La DNA est l'institution chargée d'enquêter sur les infractions de corruption commises par des agents de l'État. Les procureurs de la DNA ont envoyé un grand nombre de personnalités politiques au tribunal depuis 2014, date à laquelle Laura Codruta Kovesi a été nommée à la direction de l’institution. Kovesi a toutefois été démise de ses fonctions cet été à la demande du ministre de la Justice. La demande a été reçue alors que les dirigeants de la coalition au pouvoir se plaignaient des abus de la DNA et que les dirigeants du PSD, Liviu Dragnea et de l’ALDE, Calin Popescu Tariceanu, étaient visés par une enquête pour corruption.

 

 

 

 

 

 

Article source: https://www.romania-insider.com/romania-president-rejects-justice-minister-proposal-dna/

 

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale