Mardi 22 septembre 2020

Le PNL veut mettre fin aux "pensions spéciales"

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 11/12/2019 à 00:00 | Mis à jour le 11/12/2019 à 00:00
Photo : Adobe Stock
PNL fin des "pensions spéciales" roumanie politique

Le Parti libéral au pouvoir (PNL) en Roumanie a décidé de "mettre fin" aux "pensions spéciales", à savoir les pensions accordées pour d'autres motifs que les contributions personnelles au système de sécurité sociale, a annoncé la vice-première ministre Raluca Turcan après une réunion de direction du parti, a rapporté Hotnews.ro.

 



Les pensions spéciales, payées par le budget du gouvernement central (état), s'élèvent à 9 milliards d'euros (plus de 4% du PIB) par an, a déclaré Turcan.



Elle n'a pas précisé les aspects juridiques de la «cessation» ni les économies générées par les pensions ainsi «terminées».



Elle a toutefois annoncé qu'il y aurait quelques exceptions: les pensions spéciales versées aux «militaires» (y compris ceux des retraités du ministère de l'Intérieur ou des services de renseignement) et aux magistrats, à savoir la grande majorité des pensions spéciales, resteront en place.

 

Le PNL a expliqué l'exception relative aux magistrats, citant une décision de la Cour constitutionnelle. En juin 2019, 187 480 personnes bénéficiaient de pensions spéciales, dont 178 168 «militaires». Sur les 9 312 pensions non militaires, 3 800 étaient des procureurs ou des juges à la retraite.



L'opposition, le Parti social-démocrate, promeut au Parlement un projet de loi par lequel toutes les pensions spéciales seraient soumises à une imposition progressive pouvant aller jusqu'à 90%.

 

 

 

 

source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

INTERVIEW

Tilla Rudel, nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara

Cette semaine notre rédaction est allée du côté de Timișoara, une ville que nous affectionnons tout particulièrement, pour vous présenter la nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara, Ma