Le niveau de pollution à Bucarest chute radicalement

Par Grégory Rateau | Publié le 18/03/2020 à 00:00 | Mis à jour le 18/03/2020 à 13:20
Photo : Wikimedia Commons
pollution Bucarest coronavirus
Au cours de la semaine dernière, les niveaux de toutes les particules polluantes surveillés à Bucarest étaient inférieurs aux niveaux admis, bien que des croissances aient été enregistrées à certaines heures, a déclaré le ministère de l'Environnement.
 
 


«Au cours de la semaine dernière, les niveaux de tous les polluants surveillés étaient nettement inférieurs aux niveaux admis. Chaque jour, il y avait des périodes où les niveaux de pollution par les particules PM10 et NO2 augmentaient, le matin, entre 09h00 et 11h00, et le soir, entre 20h00 et 22h00; néanmoins, la croissance a été nettement inférieure aux niveaux habituels. Après évaluation des données, l'hypothèse selon laquelle la principale source de pollution à Bucarest est le trafic routier est confirmée. Lorsque cela est réduit, la qualité de l'air affiche de très bonnes valeurs », a déclaré le ministère de l'Environnement.


Selon le ministère, le lundi 17 mars, la station de mesure de la qualité de l'air à Cercul Militar, située à l'intersection des boulevards Calea Victoriei et Regina Elisabeta, le niveau PM 10 était de 17,95 microgrammes. La valeur est proche de celle enregistrée par la station de surveillance de Fundata, dans la région de Braşov, ou celle de Semenic, à Caraş-Severin, toutes deux situées au sommet des montagnes.


«Par comparaison, le lundi 3 mars, à la même station et à la même heure, le niveau [de particules PM 10] était de 130,64 microgrammes. C'est donc une première. Selon l'analyse des spécialistes, de telles valeurs n'ont jamais été enregistrées avant un lundi, depuis que le Réseau national de surveillance de la qualité de l'air a commencé à fonctionner », a déclaré le ministère.


Le ministère a également souligné les conditions météorologiques favorables, qui ont donc aidé à la dispersion des polluants la semaine dernière. L'institution a indiqué que pour les autres polluants (benzène, CO, SO2) les valeurs étaient constamment faibles pour toute la période.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale