Mardi 14 août 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LE DEPART D'UN IMMORTEL - La Roumanie rend hommage à Jean d'Ormesson

Par Dan Burcea | Publié le 06/12/2017 à 00:00 | Mis à jour le 06/12/2017 à 08:45
mort de Jean d'Ormesson

En rejoignant l'éternité, Jean d'Ormesson a dû se rappeler cette belle phrase qu'il avait écrite dans "Au plaisir de Dieu", "Tout le plaisir du monde est dans l'inattendu". C'est que la surprise de retrouver dans l’au-delà autant de ses auteurs préférés a dû être grande pour ce familier des grands esprits. Ne fait-il pas désormais profiter tout ce beau monde de ses belles formules et d'innombrables citations que sa prodigieuse mémoire avait accumulé au fil des années de passion pour les Belles Lettres ?

 

Sa trace dans la littérature française est immense, preuve la Pléiade qui lui a été consacrée de son vivant. Rappelons ici quelques titres qui ont marqué toute une génération de lecteurs :"La Gloire de l'Empire" qui le consacra auprès du public, "Au plaisir de Dieu" que nous venons d'évoquer et qui est de loin son roman le plus marquant, "L'histoire du Juif errant" qui enferme, quant à lui, cette phrase tout aussi mystérieuse, selon laquelle «personne ne craignait la mort moins que lui qui n'attendait rien du ciel, ni du monde, ni des hommes».


Plus tard, d'autres romans nous ont enchantés, tout autant que sa présence médiatique. En 2016, il publiait un livre sous forme d'anti-mémoires dont le titre prouve son sens de la formule, "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle".

 

Peu de gens savent, en revanche, que Jean d'Ormesson a passé une partie de son enfance et de son adolescence en Roumanie, dans les années '30, que la langue roumaine ne lui était pas étrangère et qu'à plusieurs reprises il avait évoqué avec enchantement cette période où son père était ambassadeur de France en Roumanie. Sans aucune présomption, on peut donc affirmer qu'une petite partie de sa sensibilité lui fut inculquée pendant ce temps qu'il gardait précieusement en mémoire. Les Lettres roumaines lui ont d'ailleurs rendu hommage, en lui accordant en 2010 le prix "Ovide" lors de la neuvième édition du festival "Jours et nuits de la littérature" organisé par l'Union des auteurs de Roumanie".

 

Voilà pourquoi, il nous plaît de croire que, parmi ses nouveaux compagnons d'éternité, il retrouvera avec plaisir Ionesco et Cioran qu'il avait côtoyés ici-bas.

 

Drum bun, cher Jean, la Roumanie rend hommage à l'homme qui la porta longtemps dans son cœur et dans le bleu pur de ses yeux !
 

 

3 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Roundtrip mer 06/12/2017 - 08:42

Mon coeur est triste à la connaissance de votre disparition... Vous étiez un homme d'une grande gentillesse,d'une infinie bonté et un océan de tendresse.. une véritable encyclopédie vivante d'une culture et un savoir littéraire inégalable..je vous ai aimé même si nous étions de sensibilité politique différente mais vous resterez toujours dans ma mémoire et dans mon coeur.. Reposez en paix Mr d'Ormesson. PS: Les Anges ont trouve un maître en poésie et littérature! Je les imagine déja vous acceuillant avec un grand sourire...

Répondre
Commentaire avatar

Annette jeu 07/12/2017 - 19:04

Merci infiniment pour ce beau commentaire. Qu´il repose en paix, M. d´Ormesson!

Répondre
Commentaire avatar

livia maria florea dim 10/12/2017 - 13:46

J'ai voué une grande admiration à l'écrivain Jean d'Ormesson, bien avant de le connaître en vrai, en 2000, à Paris. Il m'a accueillie avec une vraie courtoisie dans sa résidence du Square Saint-James . J'arrivais de Bucarest où j'avais fait sa connaissance à I'Institut Français et je lui apportais des nouvelles de ses amis roumains. Il m'a confié à cette occasion que la langue roumaine, qu'il ne parlait plus à son grand regret, par appréhension des fautes sans doute, le poursuivait presque inconsciemment dans son écriture. De ce fait, dans quelques uns des ses romans il y a une référence inattendue, comme par exemple dans "Casimir mène la belle vie", où le personnage principal achète un chapeau roumain! Au-delà de cette anecdote, en me montrant le manuscrit de son prochain essai, j'avais remarqué qu'il écrivait au crayon (voir l'hommage du Président Emmanuel Macron) ce qui l'obligeait à faire transcrire les textes par une secrétaire! Il m'avait avoué alors qu'au fil du temps, il avait fait appel à trois secrétaires, d'origine.... roumaine! Le hasard fait bien les choses! "Au revoir et merci (un grand merci)!" Monsieur Jean d'Ormesson!

Répondre

Que faire à Bucarest ?

ESCAPADES - La cité de Rasnov, un voyage en l'an 1200

Pour cette dernière escapade avant les vacances, notre rédaction a voulu vous faire voyager à une toute autre époque, où les pieux et les lances remplaçaient les invectives, où il fallait creuser pour