Laura Kövesi dénonce l'ampleur de la fraude fiscale dans l'Union Européenne

Par Grégory Rateau | Publié le 03/06/2022 à 00:00 | Mis à jour le 03/06/2022 à 00:00
Photo : EPPO Facebook page
Laura Kövesi dénonce fraude fiscale UE

Laura Kövesi, procureur(e) en chef du Parquet européen, qui a conclu sa première année d'activité avec 929 enquêtes ouvertes et 259 millions d'euros d'avoirs gelés, estime que 30 à 60 milliards d'euros sont perdus à cause de la fraude fiscale dans l'UE chaque année.

 

"Si j'étais ministre des Finances, j'en perdrais probablement le sommeil", a déclaré Kövesi dans une interview pour Euronews.

Le Parquet européen a été créé il y a cinq ans par 22 États membres et officiellement lancé en juin 2021. Réunissant les procureurs de chaque État participant et comptant 35 bureaux au total, il est chargé de protéger les fonds européens contre les criminels financiers. Contrairement aux autorités nationales, le Parquet européen a compétence au-delà des frontières.

Basé au Luxembourg, le parquet indépendant est dirigé par Laura Kövesi, qui a été procureur en chef anti-corruption de Roumanie. Bien qu'elle soit appréciée par beaucoup dans l'un des pays les plus corrompus d'Europe pour les enquêtes impartiales de son bureau, elle a été démis de ses fonctions en 2018 par le gouvernement social-démocrate. Kövesi s'est ensuite rapidement imposée comme la candidate principale à la tête du nouveau ministère public supranational de l'UE, poste qu'elle a finalement obtenu.

L'un des premiers défis pour le Parquet européen est venu des gouvernements nationaux peu coopératifs. Les autorités slovènes, espagnoles, hongroises et polonaises ont parfois interféré avec les enquêtes du bureau. Ces deux derniers ne participent pas au Parquet européen mais doivent coopérer avec lui en tant que membres de l'UE.

Malgré cela, la première année d'activité du Parquet européen a vu s'ouvrir 929 enquêtes, geler 259 millions d'euros d'avoirs et obtenir quatre condamnations. Plus de quatre mille crimes financiers ont été signalés, dont environ 1 900 par les autorités nationales, 1 841 par des parties privées et le reste par les institutions de l'UE. Cependant, Kövesi voit encore le long chemin à parcourir pour le Parquet européen.

Elle dit qu'en ayant des codes pénaux différents, certains États de l'UE ne tiennent tout simplement pas compte de certains cas de criminalité financière, tandis que d'autres le font. "Il s'agit de la volonté des autorités d'identifier et de détecter les crimes et de signaler ces crimes au Parquet européen", a déclaré Kövesi à Euronews. "Nous travaillons dans l'intérêt des citoyens européens et protégeons leur argent", a-t-elle ajouté.

Le chef de la surveillance financière de l'UE a également noté que les autorités fiscales de l'UE ne parviennent à collecter qu'environ 130 milliards d'euros de TVA chaque année, dont la moitié de cette somme qui est perdue à cause de la fraude.

La Roumanie a enregistré le plus grand déficit de collecte de TVA au sein de l'UE en 2019, perdant près de 35 % des recettes de la TVA, selon un rapport de la Commission européenne. Elle était suivie par la Grèce (25,8%) et la Lituanie (23,5%). Les déficits les plus faibles ont été enregistrés en Croatie (1%), en Suède (1,4%) et à Chypre (2,7%).

 

 

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale