TEST: 2245

J.C. Juncker appelle à un concensus en Roumanie

Par Grégory Rateau | Publié le 14/01/2019 à 00:00 | Mis à jour le 14/01/2019 à 00:00
Photo : Flickr / Canon9_BPI HiepNT10
Jean-Claude Juncker-Roumanie

Le président de la Commission européenne (CE), Jean-Claude Juncker, a appelé à un consensus en Roumanie lors de sa conférence de presse conjointe avec le président roumain, Klaus Iohannis, le vendredi 11 janvier. Il a également déclaré que les conflits internes ne devraient pas être exportés vers l'Europe.

 



Les deux hommes se sont rencontrés vendredi matin, dans le cadre de l’agenda de la visite de Juncker en Roumanie. Le président de la CE et d'autres dirigeants européens se sont rendus à Bucarest le jeudi 10 janvier pour assister à la cérémonie marquant le début de la présidence roumaine du Conseil de l'UE.



«Ce serait bien d'avoir une atmosphère de consensus dans ce pays, votre pays, qui permettrait à tout le monde, y compris à l'Europe, d'aller de l'avant. On ne peut pas exporter vers l'Europe des conflits internes et on ne peut pas faire une polémique sans sens et sans but », a déclaré Juncker à l’issue de la réunion avec Klaus Iohannis au palais de Cotroceni, a rapporté l’agence Hotnews.ro.



À son tour, le président roumain a déclaré que les problèmes politiques internes ne devraient pas affecter les progrès de la présidence roumaine du Conseil de l'UE.



«[…] Je pense que tous les partis ont compris cela», a ajouté Iohannis.



Le responsable européen a également déclaré qu'il croit que la présidence roumaine du Conseil de l'UE contribuerait de manière significative à démontrer que ceux qui disent qu'il y a deux blocs en Europe - l'Est et l'Ouest - se trompent, ajoutant que "l'Europe doit respirer avec ses deux poumons. "



Interrogé sur le projet du parti au pouvoir d'adopter une ordonnance d'urgence sur l’amnistie et la grâce, le président de la CE a déclaré: «Je voulais rappeler les règles européennes. Il est absolument nécessaire de respecter l'état de droit. J'ai dit que l’Europe est aussi faite de compromis, mais il ne faut pas faire de compromis sur les questions essentielles, car ces questions clés seraient affectées si l’amnistie était accordée comme prévu par certaines personnes dans votre pays. Son application serait donc un pas en arrière. "

 

Iohannis a également déclaré que l’état de droit n’était pas négociable et qu '"on ne peut pas construire en Roumanie un système de justice incompatible avec les autres systèmes de justice en Europe".

 


Les deux responsables ont abordé de nombreux sujets au cours de leur réunion, notamment le Brexit, le budget pluriannuel pour la prochaine période, l'immigrations et la sécurité européenne, a déclaré le président roumain, ajoutant que les discussions sur l'avenir de l'Europe se poursuivraient au mois de mai lors du sommet de l'UE à Sibiu.



Le programme du président de la Commission européenne s'est poursuivi avec des réunions avec le Parlement roumain et des représentants du gouvernement roumain.

 

 

 

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/juncker-consensus-romania-january-2019/

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale