Expat Insider 2021 : la Roumanie 32e meilleur pays pour s'expatrier

Par Grégory Rateau | Publié le 19/05/2021 à 00:00 | Mis à jour le 19/05/2021 à 14:24
Un expatrié dans un aéroport avec sa valise

La Roumanie se classe 32e sur 59 destinations dans l'enquête Expat Insider 2021 publiée par InterNations, la plus grande communauté d'expatriés au monde avec environ 4 millions de membres. Selon le rapport, les expatriés en Roumanie apprécient leur situation financière mais souhaitent une meilleure qualité de vie.

 

Taïwan arrive en tête de liste, suivi du Mexique et du Costa Rica, tandis que les trois derniers pays sont le Koweït, l'Italie et l'Afrique du Sud. Alors que les trois premiers pays attirent les expatriés par leur facilité d'installation et leurs bonnes finances personnelles, les trois derniers affichent de mauvais résultats dans l'indice du travail à l'étranger.

Avec plus de 12 000 répondants, l’enquête offre des informations détaillées sur la satisfaction des expatriés à l’égard de la qualité de vie, de la facilité de s’installer, de la vie professionnelle, des finances personnelles et du coût de la vie dans leur pays de résidence respectif. De plus, les répondants ont également révélé dans cette édition de l'enquête comment ils ont vécu la pandémie de COVID-19 et comment elle a eu un impact sur leur vie. 

 

La Roumanie, 8ème au classement de l'indice Personal Finance 

La Roumanie est la plus performante de l'indice Personal Finance, où elle s'est classée dans le top 10 mondial (8e). Près des trois quarts des expatriés (74%) sont satisfaits de leur situation financière contre 64% dans le monde, selon l'enquête.

La Roumanie se classe plutôt bien dans les catégories concernant le coût de la vie (15e) et de la facilité d'installation (27e), tout en affichant une performance inférieure à la moyenne dans l'indice du travail à l'étranger (37e). Selon l'enquête, la plupart des expatriés sont satisfaits de leurs heures de travail (66% contre 66% dans le monde) et de leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée (71% contre 66% dans le monde).

En revanche, la Roumanie se classe parmi les 10 derniers de l'indice de qualité de vie (51e). Le pays se classe même avant-dernier dans la sous-catégorie Voyage & Transport (58e), juste devant le Koweït (59e), tout en se classant également parmi les 10 derniers de la sous-catégorie Santé & Bien-être (54e). 

 

Les expatriés en Roumanie ne considèrent pas que la pandémie a affecté leur séjour

Cependant, la majorité des expatriés en Roumanie (72%) ont déclaré que la pandémie n'avait pas affecté la durée de leur séjour actuel à l'étranger (contre 63% dans le monde). Pendant ce temps, 14% des répondants à l'enquête en Roumanie estiment que la pandémie affectera leur vie de famille à long terme (contre 9% dans le monde).

Un total de 12 420 expatriés représentant 174 nationalités et vivant dans 59 pays ou territoires ont participé à l'enquête Expat Insider. On a demandé aux participants d'évaluer jusqu'à 37 aspects différents de la vie à l'étranger sur une échelle de un à sept. Le processus de notation a mis l'accent sur la satisfaction personnelle des répondants à l'égard de ces aspects, en considérant à la fois des sujets émotionnels et des aspects plus factuels avec un poids égal. Les notes des répondants sur les facteurs individuels ont ensuite été regroupées en diverses combinaisons pour un total de 13 sous-catégories, et leurs valeurs moyennes ont été utilisées pour établir cinq indices d'actualité: qualité de vie, facilité d'installation, travail à l'étranger, finances personnelles et Coût de la vie. Les quatre premiers de ces indices ont été en outre moyennés avec la satisfaction générale des expatriés quant à leur vie afin de classer 59 destinations d'expatriés dans le monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale