Jeudi 3 décembre 2020

Enquête ouverte sur les faux diplômes d'un haut fonctionnaire roumain

Par Grégory Rateau | Publié le 14/10/2020 à 00:00 | Mis à jour le 14/10/2020 à 00:00
Photo : Politia Romana Facebook Page
Enquête ouverte à propos de faux diplômes d'un haut fonctionnaire RO

Laurenţiu Baranga a donné sa démission au poste de chef de bureau pour la prévention du blanchiment d'argent, les procureurs ayant ouvert une enquête concernant ses diplômes. Il a démissionné le 8 octobre dernier, a annoncé le ministère des Finances.



Il fait actuellement l'objet d'une enquête pour avoir induit en erreur plusieurs autorités publiques en soumettant des demandes d'emploi tout en utilisant de faux diplômes, qui ont ensuite été invalidés par les tribunaux compétents, a déclaré la police dans un communiqué de presse.

Il est soupçonné d'avoir fabriqué de toute pièce son diplôme d'études secondaires mais aussi d'autres diplômes d'études. Les faux documents lui ont permis d'occuper des postes de haut niveau dans des institutions publiques, notamment éducatives. Cela a causé des dommages s'élevant à 640 000 RON (131 417 EUR), la valeur du salaire brut qu'il aurait reçu de ses employeurs, a indiqué la police. Il ne s'agit que de la somme calculée jusqu'à présent et elle sera ajustée au fur et à mesure que l'enquête avancera.

Après avoir été détenu pendant 24 heures le week-end dernier, il a été assigné à résidence pendant 30 jours.

Le 3 septembre, le Premier ministre Ludovic Orban a nommé Baranga à la tête du bureau de prévention du blanchiment d'argent.

Son curriculum vitae indiquait qu'il était diplômé du lycée technique Dimitrie Leonida de Bucarest à l'âge de 32 ans. Par la suite, il a obtenu plusieurs diplômes d'études supérieures et de troisième cycle, dont le doctorat. de l'Université Valahia à Târgoviște. Son CV mentionnait également des études au Collège national de la défense, à l'Agence d'assurance qualité de l'enseignement supérieur (ARACIS) et au Collège national des affaires intérieures.
Baranga a admis avoir utilisé un faux diplôme et a déclaré aux enquêteurs qu'il n'avait pas le temps de terminer ses études secondaires car il avait plusieurs entreprises qui étaient en cours à l'époque, a rapporté Stirileprotv.ro.

Il a déclaré aux enquêteurs qu'il avait étudié jusqu'à atteindre la 10e année, en 1984. Un an plus tard, il s'est inscrit à des cours du soir dans un lycée professionnel de Râmnicu Vâlcea. En 1999, il s'est inscrit à la Dimitrie Leonida High School pour passer l'examen de fin d'études secondaires. Il a dit aux enquêteurs qu'il ne se souvenait pas qui lui avait apporté le diplôme de fin d'études car il n'était pas allé le chercher personnellement, a rapporté Hotnews.ro. Le diplôme du lycée Dimitrie Leonida montre qu'il y a suivi des cours de 1994 à 1999 en tant qu'étudiant à temps partiel mais ne fait pas référence à un lien avec le lycée professionnel de Vâlcea. Les procureurs n'ont pu retrouver ni son diplôme d'études secondaires ni son nom dans les archives de l'institution de Bucarest.

Selon des journalistes de Vâlcea, cités par le quotidien Adevarul, avant d'obtenir son diplôme de fin d'études secondaires, Baranga a travaillé comme tourneur à l'usine mécanique de Băbeni.

Les procureurs examinent actuellement son diplôme universitaire, qui, selon son CV, a été reçu de la Faculté de gestion de l'Université écologique de Bucarest.

Il ne s’agit là que du dernier parmi plusieurs cas concernant de faux diplômes de hauts fonctionnaires ou de politiciens. Le mois dernier, la Cour d'appel a prononcé une condamnation définitive de trois ans avec sursis à l'encontre de Marius Caraşol, l'ancien chef de Transelectrica. Il utilisait un faux diplôme d'ingénieur.

 

 

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Nathalie Ribette - "L'impact du virus a été énorme sur Sing'theatre"

Lauréate du Trophée Culture/Art de vivre des Trophées des Français de l’étranger 2020 organisés par le petitjournal.com, Nathalie Ribette s’efforce de maintenir ses activités malgré le contexte actuel