Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

De nouvelles mesures demandées pour protéger les forêts roumaines

Par Grégory Rateau | Publié le 13/09/2019 à 00:00 | Mis à jour le 13/09/2019 à 00:00
protection forêts roumaines roumanie environnement
Les ONG écologistes Agent Green, ClientEarth et EuroNatur ont déposé plainte auprès de la Commission européenne contre les autorités roumaines pour «destruction systématique et délibérée de forêts séculaires dans les zones naturelles protégées de Roumanie, qui constituent les deux tiers des forêts vierges de l'Union européenne (hors Scandinavie) ", selon un communiqué de presse.
 
 


Les organisations affirment que la société forestière publique roumaine Romsilva mène des opérations d’exploitation forestière dans les zones protégées Natura 2000 sans analyse appropriée de l’impact sur ces sites.


«Dans de nombreux cas, les études d’impact sur l’environnement pertinentes, qui devraient être effectuées au moment de la planification de l’exploitation forestière, ont lieu des années après l’abattage ou pas du tout», ont déclaré les défenseurs de l’environnement dans leur communiqué de presse.


L'agent Green a même poursuivi Romsilva devant les tribunaux, demandant l'annulation des accords forestiers appliqués avant de mener à bien les procédures d'évaluation environnementale.


«Depuis 12 ans que nous avons rejoint l'UE, des arbres sont coupés dans des zones protégées conformément à certains plans opérationnels pour lesquels aucune évaluation d'impact environnemental n'a été réalisée. Mais Romsilva fait valoir que la législation roumaine le permet, refusant de reconnaître que la biodiversité dans les zones protégées est en danger et le ministère de l'Environnement le tolère. Il est temps que la Commission européenne intervienne », a déclaré Gabriel Paun, président de l'agent Green.


Romsilva gère 22 des 29 parcs nationaux et naturels de Roumanie. Toutes ces zones font partie du réseau européen Natura 2000 et relèvent des dispositions des directives Habitats et oiseaux. Cependant, les ONG citent des experts juridiques qui affirment que les forêts domaniales ne respectent souvent pas les exigences légales de l'UE en matière de protection de ces zones.


«Si la violation de la législation européenne en Roumanie est autorisée à se poursuivre sans aucune conséquence, l'ensemble du système Natura 2000 est affaibli. Le drame en cours sur la conservation de la nature en Roumanie est l'une des crises environnementales les plus pressantes en Europe, mais il est encore largement méconnu », a déclaré Gabriel Schwaderer, directeur exécutif d'EuroNatur.


Suite à une plainte similaire déposée par Client Earth en 2018, la Cour de justice des Communautés européennes a ordonné à la Pologne de verser 100 000 EUR par jour jusqu'à l'arrêt des compressions dans le parc national de Bialowieza, selon le même communiqué de presse.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

DOMINIQUE-P. MARTIN ven 13/09/2019 - 14:36

Il est vraiment temps de prendre des mesures drastiques! La forêt reste une des seules richesses de la Roumanie après que des poignées de corrompus aient vendu les plus beaux bijoux au détriment du peuple roumain. Ce pays doit protéger sa forêt, et protéger ainsi sa terre et ses eaux, sans compter la faune et la flore.

Répondre
Commentaire avatar

Nonoscu ven 13/09/2019 - 09:27

Super initiative ! Il faut faire la guerre aux déboiseurs qui sont de mèche avec les personnes corrompues. C'est fou de voir des espaces de nos forêts complètement rasés et des camions transportant les troncs à l'étranger.

Répondre
Commentaire avatar

Mick ven 13/09/2019 - 14:07

Entierement d'accord ''Stop'' a la deforestation ainsi que les corrompus

Répondre

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles