Guide Vert Michelin: Les traditions de Noël et du Nouvel an par région

Par Escapades en Roumanie | Publié le 20/12/2019 à 00:00 | Mis à jour le 20/12/2019 à 06:57
Guide Vert Michelin: Les traditions de Noël et du Nouvel an par région

Votre Guide Michelin vous emmène à la découverte des différentes traditions qui ont lieu pendant le mois de Décembre, quand on fête le passage au Nouvel An et, pour les chrétiens, Noël. En Roumanie, ces jours sont dotés d'un symbolisme important et sont considérés comme des célébrations pleines de bonne volonté, de cadeaux, d’amitié, de temps passé en famille et, bien sûr, de délices gastronomiques. De plus c'est un moment où les rites chrétiens se mélangent avec les traditions anciennes et les coutumes locales. En fonction des régions du pays, on trouve différents ensembles de rites et de cérémonies dédiés à ces occasions spéciales, dont la plupart encore préservés dans la zone rurale.

 

 

Les traditions de Noël et du Nouvel An dans le Maramureș et la Transylvanie

Au Nord-Ouest de la Roumanie, dans le Maramureș, les fêtes commencent à la Veille de Noël, avec les chants de Noël qui résonnent dans les ruelles des villages. Chantés par des jeunes hommes organisés en groupes, appelés colindători, ils s’arrêtent à chaque maison dont la lumière est allumée et la porte uverte. En échange de leurs chants et de leurs bons vœux, ceux-ci reçoivent des pommes, des noix, des cozonaci (gâteaux traditionnels), du vin et des saucisses (pour les adultes). Parmi les cantiques et les chants de la Veille de Noël, le plus répandu est la Steaua, qui fait référence à l’Etoile qui avait conduit les mages vers le lieu de naissance du Christ.

traditions-noel-roumanie-guide-michelin

 

Après la messe de Noël du 25 décembre, les habitants des villages de Ieud et Valea Izei organisent un petit spectacle de théâtre de rue – le Viflaim – qui met en scène des histoires d’inspiration religieuse.

Pendant la période qui sépare Noël du Nouvel An, ont lieu diverses cérémonies et coutumes locales: la danse des Moși (danse des Vieux) avec des masques terrifiants, la danse rituelle de la Chèvre (répandue dans d’autres régions du pays aussi), qui reste parmi les plus symboliques ou encore les Brondoși de Cavnic (des jeunes hommes habillés en vêtements traditionnels blancs, portant des masques et des sangles décorés de clochettes en laiton) qui chassent les mauvais esprits et portent chance et bonheur pour la nouvelle année.

En Transylvanie, à Jina, dans la région de Mărginimea Sibiului, il existe un impressionnant rituel ancien qui a lieu le 31 Décembre, celui d’enterrer la Vieille Année. C’est dans cette région aussi qu’on "vole" symboliquement les portes des ménages pendant la nuit, pour faire entrer le Nouvel An, et on chante le Plugușorul (le Petit Charrue) à la Veille du Nouvel An. Répandu aussi dans d’autres régions du pays, le Plugușorul représente un vœu rituel ayant le rôle d'éloigner le malheur et de faire entrer la prospérité avant l’arrivée du Nouvel An.

Une autre tradition spécifique, qui est encore préservée par la minorité des Hongrois Csángós en Transylvanie, est la Borița – une danse rituelle qui raconte les différents cycles de la vie et la lutte entre le bien et le mal.

traditions-noel-roumanie-guide-michelin

 

Les traditions de Noël et de Nouvel An en Moldavie et en Bucovine

Dans le Nord-Est du pays, en Moldavie, on trouve des traditions ayant, pour la plupart, le rôle d'apporter chance et prospérité aux villageois. Ici, la table de Noël comprend douze plats, un dédié à chaque apôtre, et un gâteau central le colac - symbolisant la couronne du Christ. On prépare aussi des Crăciunei – des petits gâteaux ayant un rôle important quant à la prospérité agricole pour l’année qui commence.

Une des traditions les plus connues dans cette région est la danse rituelle de l’Ours (Jocul Ursului), mais aussi le Plugușorul. A la Veille du Nouvel An, on peut assister à la danse des Căluți (danse des Petits Chevaux) qui symbolise la force et le courage de dépasser les difficultés et les défis de la vie.

La région de Bucovine, dans le Nord du département de Suceava, est, elle aussi, riche en manifestations folkloriques. Ici, les traditions spécifiques roumaines se mélangent avec celles des minorités qui ont vécu sur ce territoire à travers le temps. On retrouve toujours les chants sacrés (des cantiques), les vêtements traditionnels, le rituel de l'abattage du cochon, l'organisation de la table de Noël, etc.

La plus spectaculaire cérémonie dans cette région reste la Malanca - une forme de théâtre de rue dont les personnages (le vieil homme et sa femme, le docteur, le prêtre, la chèvre et le berger, les chevaux, l'ours, le cerf et le marchand) ont un caractère satirique, avec le rôle de critiquer les vices de la société.

Une autre tradition ancienne, à Solonețul Nou, préservée par la minorité polonaise, est la marche des enfants avec la palazniczka - un petit sapin avec lequel ils vont chez leurs grands-parents et leurs proches pour leur offrir de bons vœux.

Une partie de la minorité des Ukrainiens qui vive dans le département de Suceava (les villages d’Izvoarele Sucevei, Brodina de Sus, Brodina, Ulma, Lupcina, Nisipitu et Bobeica) sont des orthodoxes du rite ancien et célèbrent Noël selon le calendrier Julien, du 7 au 9 janvier.

 

 Les traditions de Noël et de Nouvel An dans la Dobroudja

Dans le Sud-Est du pays, les habitants de la Dobroudja ont, eux aussi, leurs propres coutumes. 

La communauté d’orthodoxe des vieux-croyants, dont les Lipovènes font partie, célèbrent Noël en s’organisant, après le dîner sacré, pour aller à l'église. Tandis que les enfants répètent leurs chants, les gens mettent de la paille dans leurs maisons pour rappeler le lieu de naissance du Christ. Les femmes, quant à elles, préparent le Crăciunelul – un petit gâteau en forme de huit.

La coutume de chanter – la forme spécifique la plus répandue pour célébrer la fête chrétienne de la Naissance du Seigneur, se retrouve ici aussi, surtout dans les villages roumains traditionnels situés à la frontière du Danube : depuis Ostrov jusqu'à Seimeni et Topalu. Dans la plupart des villages de cette région, le chant des enfants commence vers l'après-midi de la Veille de Noël et précède celui des jeunes hommes.

traditions-noel-roumanie-guide-michelin

 

Les traditions de Noël et de Nouvel An en Munténie et en Olténie

Dans le Sud du pays, en Munténie, en plus des chants et des vœux de Noël, il y a le colindețul – le partage de sortes de bretzels et de vin à la Veille de Noël, en souvenir des proches décédés.

 On y retrouve aussi les chants de l’Etoile et des Mages, la danse rituelle de la Chèvre (ou la Brezaia) et l’arrosage de la maison et des ménages avec de l’eau bénite. Le premier jour de Noël il y a aussi la coutume d’allumer le feu dans le poêle en récitant un vœu typique de prospérité.

Comme dans d’autres régions du pays, les enfants réalisent ici la Sorcovaune branche de sapin ou d’arbre fruitier décorée, avec laquelle ils vont de maison en maison, le 1er Janvier, pour souhaiter bonheur et prospérité pour le Nouvel An. 

En Olténie, on retrouve aussi les groupes d’hommes qui chantent les cantiques typiques de la Veille de Noël, comme la Steaua, et à Valea Jiului, ceux-ci s'appellent les Pițărăi qui sont des groupes de jeunes hommes qui traversent les villages, habillés dans des costumes traditionnels et portant avec eux des bâtons décorés de fleurs, de clochettes et de rubans. Ils sont récompensés avec des petits bretzels (colaci) spécifiques, des fruits et des bonbons.

traditions-noel-roumanie-guide-michelin

 

 

Pour plus de suggestions et d’informations, ainsi que pour calculer votre itinéraire, consultez le Guide Vert Michelin Roumanie et les sites Internet: https://voyages.michelin.fr/ et https://www.viamichelin.fr/.

 

Equipe d’Edition et Photos:

Andra-Florentina Ostafi;

Theodor Cepraga.

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale