Mercredi 15 août 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CINE - «Django» joue un requiem pour toutes les victimes tziganes

Par Par ici les sorties | Publié le 09/11/2017 à 00:00 | Mis à jour le 09/11/2017 à 00:00
Photo : Django d'Etienne Comar avec Reda Kateb
django

Pour cette semaine et dans le cadre du Festival du Film Français à Bucarest, Grégory Rateau vous recommande «Django» d’ Etienne Comar, avec le génial Reda Kateb. C’est la première réalisation du scénariste du film multi-primé «Des hommes et des Dieux» sur une tranche de la vie du musicien de jazz Django Reinhardt, un film où la petite histoire rencontre la grande.

 



 

Pour son premier film derrière la caméra, Etienne Comar place la barre très haute, certains diront un peu trop haute mais ce biopic d’une tranche de la vie du grand musicien Django Reinhardt est avant tout le prétexte à la naissance d’un immense acteur, Reda Kateb, plus souvent habitué à de très bons seconds rôles. Il est ici question d’identité, Django est un «manouche» un «sinti», et par conséquent il incarne la figure du paria, surtout sous cette période de l’Occupation nazie, où les siens sont déportés et assassinés. En ce concentrant sur cette période de l’histoire et de la vie de l’artiste, Etienne Comar veut mettre en lumière la prise de conscience de l’artiste, qui va devoir faire un choix: continuer à être le faiseur de divertissement récupéré par les Nazis, l’individualiste célébré pour son art, ou le porte parole d’une minorité brimée. En affirmant son appartenance à une communauté, avec tous les risques que cela comporte, Django va devoir fuir et prendre les routes de l’exil. Il va donc faire son choix et est prêt à en assumer les conséquences. Le film a les défauts du biopic à la française, manque de moyens, figurants engoncés dans des costumes un peu trop mal taillés pour eux, mais la performance exceptionnelle, de Reda en Django nous fait presque oublier tous ces défauts inhérents à un premier film, pour nous dévoiler la face plus sombre d’un artiste, d’un homme qui n’est jamais sympathique mais en devient d’une humanité palpable, un être tiraillé entre ses origines et les récupérations que l’on peut faire de son talent. «Homme révolté» comme pouvait l’être un artiste engagé et pacifique tel que Albert Camus, Django ne prendra pas les armes, mais il fera de son art un outil pour lutter contre les injustices faites aux siens. La dernière scène du film, montre à ce titre Django dirigeant son requiem pour tous les Tziganes qui ont été victimes du nazisme. Etienne Comar a recomposé en partie pour le film des bribes de partition retrouvées. Rien que pour ce moment bouleversant, je vous conseille de foncer au cinéma Elvire Popesco ce soir à 20H45 pour voir le film «Django».

 

Grégory Rateau

 

Reda Kateb
Reda Kateb

 

Cinema Elvire Popesco, București

Jeudi 09 Novembre 2017 / 20:45

 

Etienne Comar
Avec Reda Kateb, Cécile de France, Bea Palya
Genres Biopic, Musical, Drame
Nationalité français

 

Critiques:

Le Nouvelle Obs: "Etienne Comar, qui signe ici son premier film (un poil trop long), donne à Reda Kateb un de ses plus beaux rôles. L’acteur porte le film dans chaque plan. On redécouvre avec bonheur l’étrange personnage que fut Django, diva, joueur, infidèle, attachant. "

 

Rolling Stone: "Porté par un Reda Kateb ultra investi, ce biopic somme toute classique a le mérite d'interroger une période peu connue de la carrière du guitariste."

 

Synopsis:

 

En 1943 pendant l’occupation allemande, le tsigane Django Reinhardt, véritable “guitare héros”, est au sommet de son art. Chaque soir il fait vibrer le tout Paris aux Folies Bergères avec sa musique swing alors qu’en Europe, ses frères sont pourchassés et massacrés. Lorsque la propagande allemande veut l’envoyer à Berlin pour une série de concerts, il sent le danger et décide de s’évader en Suisse aidé par une de ses admiratrices, Louise de Klerk. Pour passer, il se rend à Thonon-les-Bains, sur les bords du lac Léman, avec sa femme enceinte, Naguine et sa mère Negros. Mais l’évasion est plus compliquée que prévue, Django et ses proches se retrouvent plongés dans la guerre. Pendant cette période dramatique, il n’en demeure pas moins un musicien exceptionnel qui résiste avec sa musique, son humour, et qui cherche à approcher la perfection musicale...

gregory-rateau-auteur
auteur: Grégory Rateau

 

 

 

logo-tv5monde-IFR

Par ici les sorties

Votre bouillon de culture hebdomadaire. Sorties cinéma de la semaine, concerts, expos, rencontres : petit tour d'horizon des immanquables de la semaine à Bucarest ou ailleurs en Roumanie, avec nos partenaires l'Institut Français de Roumanie et TV5Monde
0 CommentairesRéagir

Que faire à Bucarest ?

ESCAPADES - La cité de Rasnov, un voyage en l'an 1200

Pour cette dernière escapade avant les vacances, notre rédaction a voulu vous faire voyager à une toute autre époque, où les pieux et les lances remplaçaient les invectives, où il fallait creuser pour