Mardi 21 janvier 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Alexia Guillier - de Paris au bidonville de Bombay

Par Charlotte Hyest Dewevre | Publié le 04/12/2019 à 00:45 | Mis à jour le 04/12/2019 à 00:45
Photo : Credit : Juliette Cesvet
LP4Y Malwani Mumbai Inde

Tout quitter : famille, amis, job intéressant et confort de vie, pour une expérience humanitaire à l’autre bout du monde. C’est l’aventure dans laquelle Alexia Guillier, française de 27 ans, s’est lancée il y a quasi un an. Elle livre à l'édition de Bombay du site lepetitjournal.com cette expérience bouleversante qui ponctue son quotidien bombayite au cœur d’un bidonville.

 

Pourquoi ce projet humanitaire ?

Durant mes études de communication et de gestion, je n’ai pas eu la chance de partir à l’étranger, cela me manquait. Parallèlement, ça faisait un moment que je voulais m’investir dans un projet associatif. J’ai combiné les deux, en m'engageant dans l’humanitaire.

La mission de Life Project For Youth (LP4Y), l’insertion sociale par le travail de jeunes adultes m’a conquis. J’aimais l’idée des formations et des mises en pratique à travers la gestion d’une micro entreprise. Alors, j’ai postulé. Je me voyais coach aux Philippines. J’ai été recrutée pour un poste de chargée de communication, partenariat et levée de fond à Mumbai.

 

Alexia Guillier LP4Y Mumbai Inde
Credit Juliette Cesvet

 

Quelle a été ta réaction à cette nouvelle ?

J’ai été surprise, je souhaitais me challenger au contact des bénéficiaires de l’association et je me retrouvais en fonctions support. Concernant l’Inde, j’étais partagée, à la fois émerveillée et interloquée sur ce qui m’attendait. L’acceptation de ce projet différent de ce que j’avais imaginé, fut un premier lâcher prise ! « Take it, or leave it ».

 

Qu’est-ce qui a suivi ta réponse positive ?

J’ai sauté le pas ! J’ai démissionné et tout est allé très vite. En deux mois, j’ai quitté mon boulot chez Fragonard qui m’animait tant et mes collègues que j’aimais beaucoup. J’ai vidé mon appartement. J’ai été formé 10 jours en France par un organisme spécialisé dans l’envoi de volontaire à l’étranger. J’ai dit au revoir à ma famille et mes amis… Puis, j’ai débarqué à Delhi avec 20 autres volontaires pour deux semaines de formation auprès de LP4Y. Enfin, j’ai intégré le centre de Mumbai, au sein du bidonville de Malwani (Malad West).

 

LP4Y Alexia Guillier Mumbai Inde
Les jeunes, les coachs et Alexia devant le Life Project Center de Malwani à Bombay - Credit Juliette Cesvet

 

Durant ces 10 mois, quel a été le plus grand défi que tu as surmonté ?

C’est difficile de répondre à cette question car j’ai l’impression d’avoir vécu milles vies en quelques mois. Des challenges, j’en ai donc rencontré des dizaines… et chacun d’entre eux a été une expérience positive.

 Mon adaptation par exemple. Il a fallu que je m’acclimate et me fasse accepter dans ce nouveau pays, à la culture si différente, que je me contente d’une vie plus sommaire, que j’apprenne à travailler et vivre avec mes colocs qui sont également mes collègues.

Côté professionnel, cela m’a aussi demandé une grande flexibilité. Ne plus répondre à un supérieur direct, ne plus avoir de bureau, m’intégrer dans un secteur extrêmement différent de ce que je connaissais.

 

Avec quoi repars-tu ?

Grâce à cette expérience de vie, j’ai l’impression de mieux me connaître, de mieux percevoir mes limites et de savoir les gérer.

 Vivre auprès de jeunes précarisés a cassé mes préjugés sur la pauvreté, l’insécurité, etc.

Je suis très heureuse de l’engagement que j’ai pris, de ce que j’ai laissé derrière moi et de ce que je vis au quotidien. J’ai changé de paradigme et je me suis fortifiée. C’est une très belle leçon de vie. Je repars avec un nouvel angle de vue sur le monde qui va orienter ma vie à venir.

 

Alexia Guillier LP4Y Mumbai Inde
Le centre de LP4Y à Mumbai - Credit Juliette Cesvet

 

Un conseil pour ceux qui hésitent à s’engager ?

Sautez-y à pieds joints en fermant les yeux (rire). C’est effrayant mais une fois qu’on y est, c’est bouleversant et tellement fort d’enseignement, que je conseille à tout le monde de connaître ça !

 

Pour en savoir plus : Life Project for youth / LP4Y Inde 

 

Alexia Guillier LP4Y Mumbai Inde
Alexia dans la famille d'un des jeunes - Credit Juliette Cesvet

 

 


Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste).


Ou nous suivre sur Facebook

 

 

Nous vous recommandons

Charlotte Hyest-Dewevre

Charlotte Hyest Dewevre

De la Croix-Rouge à l’entrepreneuriat social, Charlotte s’épanouit dans le contact humain. Curieuse, dynamique, elle goute aux expériences qui se présentent pour en faire des opportunités de vie. Rencontre, cuisine, apprentissage sont ses maîtres mots.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualité en Inde

DÉVELOPPEMENT

La centrale solaire la plus puissante au monde est en Inde

La ferme solaire de Pavagada dans le Karnataka au sud de l’Inde est entièrement exploitée depuis décembre 2019 et est le plus gros site producteur d'énergie solaire au monde.

Communauté

V.I.E./V.I.A.

Inde, l’expérience inoubliable d’Alicia Petit, Grand Prix VIE Asie Sud

Spontanée et déterminée, Alicia Petit a remporté le Grand Prix V.I.E. d’Asie du Sud. Récit d’une expérience professionnelle intense qui l’a faite grandir et d’une aventure indienne qui l’a chamboulée.

Que faire à Bombay ?

DÉCOUVERTE

C’est la saison pour observer les flamants roses à Mumbai

Thane Creek, au nord-est de Mumbai, accueille chaque année des centaines de flamants roses de novembre à mai. Durant cette période, des excursions en bateau à fond plat sont organisées.

Expat Mag

New York Appercu
HISTOIRE

Martin Luther King, du rêve au cauchemar

Malgré son sacre d’homme de paix, Martin Luther King était un personnage controversé qui agaçait jusque dans son propre camps.