Le bref : manifestations des musulmans en Inde contre l'ex porte-parole du BJP

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 13/06/2022 à 00:30 | Mis à jour le 13/06/2022 à 06:57
Photo : @Twitter
manifestations des musulmans en Inde contre la députée Nupur Sharma

Début juin 2022, l’actualité nationale en Inde a été dominée par les conséquences des propos jugés désobligeants envers le prophète Mahomet proférés par Nupur Sharma, une des porte paroles du BJP, le parti du gouvernement national.

 

Indignation des pays du Moyen-Orient après les déclarations contre le prophète en Inde

Le 27 mai, la députée Nupur Sharma a lancé une tirade violente contre le prophète Mahomet lors d’une émission télévisée au sujet de la mosquée de Gyanvapi.

Quelques jours plus tard, le gouvernement indien a été confronté à une tempête diplomatique de la part de l'Organisation de la coopération islamique, des pays du Conseil de coopération du Golfe, de l'Iran, des Maldives, du Pakistan et d'autres. Les dirigeants de la région du Golfe ont convoqué les ambassadeurs indiens, exprimé leur mécontentement et leur inquiétude face à "l'extrémisme et la haine", et certains ont exigé des excuses publiques.

En réponse, le gouvernement national a suspendu la députée et a exclu de ses fonctions, Naveen Kumar Jindal, chef de l'unité des médias de Delhi, qui avait prononcé des propos similaires. 

 

Manifestations des musulmans dans de nombreux Etats de l'Inde

Mais, en Inde, les appels se sont multipliés pour que Nupur Sharma soit arrêtée pour ses "commentaires blasphématoires" et la police de plusieurs États dirigés par l'opposition a ouvert des enquêtes à son encontre. La police de Delhi a renforcé la sécurité de l’ex porte-parole, évoquant une menace pour sa vie émanant d'un groupe militant.

Et vendredi 3 juin, des manifestations importantes ont été organisées dans plusieurs états pour demander l’arrestation de Nupur Sharma et Naveen Kumar Jindal. Malheureusement, certaines de ces manifestations ont dégénéré, en particulier dans l’Uttar Pradesh mais aussi à Ranchi, la capitale du Jharkhand et au Bengale occidental. 

La police de l’Uttar Pradesh a arrêté plus de 250 personnes samedi et dimanche après-midi, la police de Prayagraj dans l’Uttar Pradesh a démoli la maison du principal accusé. Auparavant, plusieurs membres du BJP dans l’état, avaient approuvé l'utilisation de bulldozers pour démolir les résidences des manifestants arrêtés. 

Vendredi soir, l’accès à internet a été suspendu à Ranchi au Jharkhand, à Howrah au Bengale occidental et aussi au Jammu et Cachemire, il a été rétabli dimanche dans la plupart des districts concernés. 

Le ministère national de l'Intérieur a déclaré que la situation était sous surveillance et a demandé au personnel de police de porter des équipements anti-émeutes car celui-ci pourrait être la cible des violences. 

 

La suite dans le bref...

Le bref du 13 juin 2022

Toutes les autres nouvelles de la veille et du jour à écouter en podcast :

 

Réécouter tous les brefs sur SoundCloud ici.

 


Ce podcast est aussi accessible en message vocal WhatsApp sur votre téléphone le matin en suivant la procédure ci-dessous pour vous inscrire :

Ajoutez à vos contacts Whatsapp le Bref avec le numéro de téléphone suivant: +91 8291097571

Laissez nous un message tel que "Bonjour le bref"

Vous serez ajouté d’ici 24 heures à la liste de diffusion "Le Bref".

 


Informations concernant vos données personnelles :

Votre inscription au Bref implique que lepetitjournal.com Bombay dispose et conserve votre numéro de téléphone pour vous donner accès à ce podcast quotidien ou répondre à une discussion que vous seriez susceptible d'initier. Vos données ne sont pas transmises à des tiers. Elles sont conservées jusqu'à votre désinscription du service, que vous pouvez demander à tout moment en envoyant le message "STOP". Toutes vos données seront alors automatiquement effacées.


 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale