Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Après 10 jours en mer d’Oman, le cyclone Biparjoy sème la destruction au Gujarat

Le cyclone Biparjoy a touché terre jeudi 15 juin 2023 au soir près du port de Jakhau, dans le district de Kutch, au Gujarat, après avoir traversé la mer d'Oman pendant plus de dix jours. Environ 100 000 personnes avaient été déplacées vers des lieux plus sûrs dans l'État les jours précédents. Dans la nuit, les équipes d’intervention d’urgence qui étaient en alerte depuis l'annonce de l'arrivée du cyclone sur cette zone, ont commencé les opérations de dégagement des voies de communication.

Carte indiquant l'entrée du cyclone Biparjoy sur terre dans le GujaratCarte indiquant l'entrée du cyclone Biparjoy sur terre dans le Gujarat
Windy
Écrit par lepetitjournal.com Bombay
Publié le 17 juin 2023, mis à jour le 19 décembre 2023

Les données du département météorologique indien (IMD) montrent que le cyclone Biparjoy, qui a commencé à se développer le 6 juin, est devenu le cyclone ayant eu la plus longue durée de vie dans la mer d'Oman.

Les régions côtières du Pakistan étaient aussi en état d'alerte. Plus de 82 000 personnes ont été évacuées vers des lieux plus sûrs dans la province méridionale de Sindh avant que le cyclone Biparjoy ne touche terre.

 

 

Vents violents et fortes pluies sur les côtes du Gujarat et du Pakistan

Le cyclone Biparjoy a touché terre dans le port de Jakhau, dans l’État du Gujarat, entre 18 heures et 23 heures jeudi 15 juin 2023, avec des vents soutenus de 115-125 kilomètres par heure, des rafales à 140 km/h, et de fortes précipitations.

Selon le département météorologique indien (IMD), le cyclone s'est affaibli pour devenir une "profonde dépression" et devrait continuer à s'affaiblir pour devenir une "dépression" au cours des 12 prochaines heures.

 

 

Sur Twitter, le ministre en chef du Gujarat a félicité la population et les équipes d’intervention d’urgence pour la bonne gestion de l'arrivée du cyclone et affirmé que l’État ne déplorait aucune victime même si les dégâts matériels étaient importants.

Les vents ont déraciné de nombreux arbres et des tours de télécommunications près des villes de Jakhau et Mandvi dans le Kutch, et des tôles et des stores en plastique ont été emportés. Plus de 4 600 villages ont été privés d'électricité, 5 120 poteaux électriques ayant été endommagés. 

Le gouvernement du Gujarat doit maintenant relever le défi immédiat de rétablir l'électricité dans les villages et de débarrasser les routes des arbres tombés.


 

 

“Les rafales de vent et les pluies ont persisté dans le Kutch au moins jusqu'à l'après-midi de vendredi 16 juin", a déclaré Devang Rathod, magistrat subdivisionnaire d'Abdasa, à The Indian Express par téléphone depuis son bureau à Naliya, un village situé à 22 km à l'intérieur des terres du port de Jakhau. Il a raconté le passage du cyclone : "Après les premières rafales et la pluie en début de soirée jeudi, un calme s'est installé à Naliya pendant près de six heures, entre 21 heures jeudi soir et 3 heures vendredi matin, lorsque l'œil de la tempête est passé au-dessus de la région. Cependant, les vents tempétueux sont revenus avec des vitesses encore plus élevées vers 3h30 du matin et ils continuent de souffler encore maintenant".

Samedi matin, des vents violents provoqués par la fin du cyclone Biparjoy ont causé d'importants dégâts à Udaipur, au Rajasthan, ravageant voitures et propriétés. Dans une vidéo diffusée par l'agence de presse ANI, on peut voir les vitres d'une propriété située au sommet d'un immeuble se briser. 

 

 

 

L'arrivée du cyclone suivie et préparée avec attention

Évacuation des personnes vivant dans les zones sensibles

Environ 100 000 personnes vivant près de la côte dans l'État du Gujarat ont été déplacées depuis que le département météorologique indien a prévu l'arrivée du cyclone dans la zone autour du 15 juin et a déclenché une alerte rouge pour les côtes de Saurashtra et de Kutch. L’administration de l’État a aussi déployé des unités de gestion des catastrophes pour les mesures de sauvetage et d'aide : 15 équipes de la NDRF (National Disaster Response Force), 12 de la SDRF (State Disaster Response Force), 115 équipes du département des routes et des bâtiments de l'État et 397 du département de l'électricité de l'État ont été mises en alerte dans les différents districts côtiers.

Activité économique de l’État arrêtée dans les zones sensibles

Deux des temples les plus célèbres du Gujarat - le temple Dwarkadhish à Devbhumi Dwarka et le temple Somnath dans le district de Gir Somnath - ont été fermés jeudi pour les dévots. 

Les chemins de fer ont annulé ou détourné de nombreux trains et diverses mesures de sécurité ont été prises pour les passagers des trains dans les zones relevant de leur juridiction, selon un communiqué.

L'activité portuaire a aussi été interrompue et les pêcheurs ont reçu ordre de ne pas aller en mer plusieurs jours avant l'arrivée du cyclone.

Les écoles des districts côtiers de Kutch, Jamnagar, Devbhumi Dwarka et Junagadh dans la région de Saurashtra au Gujarat ont également été fermées

Le ministre de la santé du gouvernement national a passé en revue les mesures de préparation prises dans le Kutch et s'est rendu à la base aérienne de Bhuj pour faire le point sur les préparatifs effectués par l'équipe d'intervention d'urgence "Garuda" de l'armée de l'air indienne. Il a également vérifié la disponibilité de l'oxygène, des ventilateurs et des lits de soins intensifs dans les hôpitaux publics du district de Kutch, dans les hôpitaux gérés par les autorités et dans d'autres hôpitaux de la région.


 

L’Inde désormais mieux équipée pour réduire les dégâts des cyclones

Pour un pays qui est frappé par des cyclones assez régulièrement, au moins deux à trois fois par an, il n'est pas surprenant que l'Inde ait mis en place des procédures opérationnelles standard pour y faire face. Les cyclones ne sont plus une menace aussi importante qu'ils ne l'étaient dans les années 1990 ou même au début des années 2000.

C'est la dévastation causée par le super cyclone de 1998 en Odisha - les estimations officieuses du nombre de morts varient entre 10 000 et 30 000 - qui a servi de signal d'alarme et contraint le gouvernement à élaborer un plan global pour faire face aux cyclones. 

Au cours des dix dernières années, les dégâts causés par les cyclones, notamment en termes de vies humaines, ont été considérablement réduits. Le nombre de morts, même dans les cyclones les plus puissants, est passé à deux chiffres, dans le pire des cas.

Au fil des ans, l'Inde a mis au point un mécanisme de réaction à trois niveaux pour les cyclones. 

Le premier niveau est un système d'alerte précoce, la sensibilisation des populations locales avec des plans et exercices d'évacuation, de la formation et de la diffusion de l'information. 

Le deuxième niveau concerne la création d'abris où les personnes et le bétail peuvent être déplacés, la mise en place d'instruments météorologiques et de centres d'alerte pour de meilleures prévisions, la construction de digues, de routes de liaison et de ponts. 

Le troisième niveau consiste à rendre les infrastructures côtières résistantes aux cyclones. Il faut pour cela mettre sous terre les infrastructures essentielles telles que les lignes de transport d'électricité ou d'approvisionnement en eau, veiller à ce que les réseaux ferroviaires et les aéroports ne soient pas inondés et continuent de fonctionner, et à ce que les systèmes de santé ne soient pas perturbés.

“Un travail considérable a été accompli sur les deux premiers niveaux de ce système de réponse, grâce auquel les cyclones sont prévus avec précision plusieurs jours à l'avance, et les pertes en vies humaines ont été considérablement réduites. La troisième partie est encore en cours d'élaboration”, rapporte The Indian Express.



 

Flash infos