Samedi 31 octobre 2020

Consommer avec conscience après le confinement : zoom sur I was a Sari

Par Charlotte | Publié le 16/04/2020 à 10:00 | Mis à jour le 16/04/2020 à 10:49
Photo : Une artisane travaillant pour I was a Sari
mode upcycling mumbai inde

Le monde vit une crise inédite. Des centaines de milliers de personnes sont cloîtrées chez elles dans l’espoir de voir le virus stopper sa progression. Aux quatre coins de la planète, la nature reprend ses droits. Le monde ralentit. Une décélération qui pousse à réfléchir à notre consommation. 

Tout cela n’est que temporaire mais que pouvons-nous garder de cette période hors du commun ? Qu’est-ce que le confinement nous permet de découvrir, d’apprécier, ou au contraire de souligner ce qui nous manque ? 

Avec les magasins fermés, notre consommation a elle aussi ralentit. En sommes-nous moins heureux ?  Dans ce contexte si particulier, lepetitjournal.com Bombay vous présente une marque dont les valeurs donnent de l’espoir. Une marque qui pousse à avoir une consommation plus consciente et réfléchie. Cette marque c’est I was a Sari.

 

mode upcycling inde mumbai
Une pile de saris

 

I was a Sari, c’est un cas d’école de l’upcycling, cette pratique qui valorise les objets ou produits usagés en leur donnant un nouveau souffle qualitatif. En 2013, l’Italien Stefano Funari lance ce projet à double ambition : donner une nouvelle vie à des saris de seconde main et rendre autonome des femmes précarisées au travers l’emploi. C’est en 2016 que la marque sera officiellement créée.

 

mode upcycling mumbai inde

 

L’entreprise s’appuie aujourd’hui sur deux Organisations Non Gouvernementales Indiennes (Community Outreach Programme (CORP) et Animedh Charitable Trust (ACT)) pour former et accompagner les femmes à devenir des artisans professionnels. En 2020, c’est ainsi 170 femmes artisans qui assurent la production de la marque.

 

Permettre à un maximum de femmes de s’émanciper et d’être autonomes, c’est notre rêve !

explique Poornima Pande – Directrice marketing de la marque. 

 

Ma plus grande fierté réside dans le parcours de ces femmes. A leur arrivée, elles sont timides, pas sûres d’elles. Au fur et à mesure de l’accompagnement, nous voyons leur transformation ! Elles prennent confiance. C’est beau !

 

mode upcycling mumbai inde
A l'atelier

 

L’entreprise, aux côtés des deux ONG partenaires, a soutenu l’ouverture d’ateliers de confection, proches des quartiers précarisés. Une proximité, qui offre l’opportunité à ces femmes d’avoir une vie de famille et une activité professionnelle rémunératrice. Au delà d’un métier et d’un salaire, ces femmes gagnent en indépendance. Des cours d’anglais et d’informatique sont proposés, les frais de scolarités de leurs enfants sont parfois pris en charge, un accompagnement dans l’ouverture d’un compte bancaire est mis en place, etc. L’entreprise I was a Sari ne se verse pas de dividendes. Elle réinvestit l’intégralité de son profit dans le développement de la marque et le soutien aux programmes d’accompagnement des femmes via les deux ONG. 

 

Alors que l’entreprise a commencé avec des accessoires simples à réaliser et à utiliser au quotidien, tels que des sacs de courses, on retrouve aujourd’hui une gamme variée, qui va de l’usage régulier, à des tenues bien plus sophistiquées incorporant notamment de la broderie. Les prix varient ainsi de 5 € à près de 150 €. 

 

mode upcycling inde mumbai

 

En 2017, la marque a connu un virage en s’associant à Gucci et en intégrant la broderie à sa palette. La transmission aux femmes artisans de ce savoir-faire largement réservé aux hommes en Inde, a bousculé les mentalités.  

 

Acheter un accessoire I was a Sari, c’est ainsi soutenir une production locale (l’ensemble de la confection est localisé à Bombay dans les quartiers de Thane, Andheri et Jogeshwari). C’est voter pour l’upcycling ! Enfin, c’est soutenir une entreprise sociale qui tend à l’émancipation de femmes précarisées !

 

mode upcycling inde mumbai

 

Pour en savoir plus : Site Internet, Facebook, Instagram

 


Inscrivez-vous pour recevoir GRATUITEMENT du lundi au vendredi notre NEWSLETTER (! attention Bombay est dans le bas de la liste !) et suivez-nous sur Facebook et Instagram.


 

Nous vous recommandons

Charlotte

Charlotte

De la Croix-Rouge à l’entrepreneuriat social, Charlotte s’épanouit dans le contact humain. Curieuse, dynamique, elle goute aux expériences qui se présentent pour en faire des opportunités de vie. Rencontre, cuisine, apprentissage sont ses maîtres mots.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Inde

ARTICLE SPONSORISÉ

Résidence fiscale française et confinement lié à la Covid-19

Quel est l'impact de la durée du confinement sur l'appréciation des critères de résidence fiscale pour les personnes domiciliées hors de France qui sont empêchées de rentrer chez elles ?

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.