Jeudi 4 mars 2021
Birmanie
Birmanie

La Maison des mères, villa des vieilles stars

Par Marie-Sophie Villin | Publié le 26/09/2019 à 18:30 | Mis à jour le 26/09/2019 à 18:30
Photo : D’anciennes gloires du cinéma en Birmanie vivent aujourd'hui dans la Maison des mères
Les vieilles stars du cinema en Birmanie

Loin de l’agitation du centre de Yangon, de l’autre côté du fleuve Bago, dans le quartier de Thanlyin, la Maison des mères ou Amay Myar Ein Yar accueille un peu plus d’une vingtaine d’actrices retraitées. Daw Nwe Nwe San a créé cette communauté en 2010. Aujourd’hui âgée de 79 ans, elle a été récompensée à de multiples reprises par le passé, notamment pour son rôle dans Tharaphu (Couronne) en 1994. Son projet fût motivé par un constat : les acteurs vieillissants n’ont plus aucun soutien financier ni d’endroit où vivre. Trouver les ressources pour mettre en place un tel lieu ne fût pas chose aisée. Le plus gros pas fût franchi lorsqu’en 2003 un terrain lui a été offert par une jeune mannequin à laquelle Daw Nwe Nwe San avait donné des cours de danse birmane traditionnelle. Elle mobilise ensuite ses connaissances et parvient à recueillir de l’argent de grands magnats comme U Tay Za ou U Zaw Zaw. Quatre maisons en bois y sont construites généreusement par la Taw Win Construction Company. Lorsque le cyclone Nargis les détruit en 2008, Father Land Construction Company construit une maison à la place, en dur cette fois-ci. A partir de là, la Maison des mères gagne en notoriété : aujourd’hui, 23 anciennes actrices y vivent.

Les résidentes ne sont pas bien sûr pas celles qui ont gagné énormément d’argent durant leur carrière. Elles sont majoritairement des actrices de second rôle qui, si elles profitaient d’une certaine notoriété, ne touchaient pas de cachet suffisant pour mettre de l’argent de côté et subvenir aux besoins de leur vieillesse. Avant de rejoindre la maison de Daw Nwe Nwe San, certaines vivaient avec des membres de leur famille ou dans des maisons de retraite. Presque toutes sont veuves. Mais leurs enfants ne disposaient pas de suffisamment de temps pour s’occuper d’elles et la vie dans les résidences pour personnes âgées ne leur convenait pas – trop stricte. Mothers’ Villa leur offre en même temps de la compagnie et la possibilité d’organiser leur journée comme elles le veulent. Certaines d’entre elles retournent passer un ou deux jours par semaine avec leur famille ou se rendent chez un médecin personnel mais la communauté de Daw Nwe Nwe San reste leur refuge. Certaines continuent même à participer à des tournages ou à animer des événements.

Leurs parcours et leurs âges sont similaires, elles ont donc énormément de points communs et se sentent plus libres d’être elles-mêmes. Elles trouvent ici des amies qui les accompagnent dans la dernière partie de leur vie. De plus en plus d’actrices décédaient en effet dans une pauvreté et un désintérêt contrastant avec la popularité connue dans leur jeunesse.

Que font-elles de leurs journées ? Elles s’occupent du jardin, dans lequel elles font pousser des fruits et des légumes qu’elles cuisinent ensuite. Mais surtout, elles ont créé la troupe de Danse du Groupe des Mères (Mothers’ Group Dancing Troupe) : chaque année en avril, durant Thingyan, elles voyagent à travers le pays pour présenter leur spectacle. Le préparer leur prend deux mois, deux mois de grand plaisir pour elles, qu’elles attendent chaque année avec impatience.

La Maison des mères est pour Daw Nwe Nwe San une grande fierté. Elle l’agrandit régulièrement selon les dons qu’elle reçoit, offrant des places supplémentaires pour de nouvelles résidentes. Les moments moins heureux font aussi partie de la vie de la communauté : il arrive que certaines, malades, doivent partir pour un établissement spécialisé afin de recevoir les soins adéquats ; et plus d’une dizaine de résidentes ont déjà prononcé leur ultime réplique. Acta est fabula.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SOCIÉTÉ

L’IFB conclut une semaine autour de la Nuit des idées

La 6ème édition s'achève aujourd'hui vendredi après s'être tenue toute la semaine, et notamment le 28 janvier, sur le thème « Proches », qui a permis d’explorer notre relation à l’espace et à l’autre.

Communauté

TROPHÉES 2021

Les lauréats lumineux des Trophées des Français de l'étranger 2021 !

Découvrez les parcours bluffants des lauréates et lauréats de l’édition 2021 des Trophées des Français de l’étranger, qui du Bénin aux Philippines, font rayonner la France dans une période si sombre.

Expat Mag

Budapest Appercu
ANIMAUX

Les chiens ont conscience de leur corps : révolution de l’éthologie ?

Les chiens ont conscience de leur corps. C’est ce que montre une étude réalisée par des éthologues hongrois. Il semblerait que le meilleur ami de l’homme ait encore des secrets à révéler.