Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

IMPORT/EXPORT – La Birmanie à l’heure de la modernisation de son système douanier

Par CCI France Myanmar | Publié le 07/12/2016 à 23:00 | Mis à jour le 09/02/2018 à 08:16
business-1845350_960_720

Suite à l’ouverture du Pays et à l’expansion remarquable de l’activité économique, entraînant des mouvements d’import et d’export de plus en plus nombreux, la  Birmanie doit suivre la tendance et se raccorder aux  standards internationaux en termes d’outils et d’infrastructures.

L’un des points les plus sensibles et important est sans doute la modernisation du système douanier birman. C’est un passage clé et obligatoire pour toutes entrées ou sorties de marchandises, et l’implantation de multinationales dans le décor économique birman requiert une standardisation et simplification des procédures.

Jusqu’à aujourd’hui, les douanes birmanes, au système un peu archaïques et pas tout à fait transparent, fonctionnent tant bien que mal. Mais grâce à un investissement du gouvernement Japonais, les douanes se modernisent et depuis le 12 Novembre dernier, le MACCS (Myanmar Automated Custom Clearance System) s’est mis en place.

En quoi cela consiste ?
"Automated" implique la rentrée des informations d’une expédition, en ligne, c’est le but de l’E-Déclaration. Cela va du poids, volume, description de la marchandise, au nom du bateau sur laquelle elle est chargée.

Standardiser pour mieux gérer
C’est un gain de temps considérable pour procéder au dédouanement dès l’arrivée de la marchandise et cela permet aux personnes concernées de rentrer les informations correctes. En ligne, cela évitera les incompréhensions et centralisera les informations, afin que chaque personne impliquée dans la procédure ait accès aux mêmes données.
Les cargos sont ensuite triés par catégories : vert / jaune / rouge. Et à chaque couleur est  appliquée une procédure.

Qui est concerné ?
Cela implique les agents de fret internationaux qui offrent un service de porte à porte, et qui sont impliqués dans le dédouanement, les courtiers en douanes, les consignataires de la marchandise, et bien sur les douanes elles-mêmes, ainsi que les autorités portuaires. Chaque partie renseigne les informations qui lui sont demandées et participe selon son rôle, au processus de dédouanement.

Quels en sont les avantages ?
L’avantage majeur c’est le gain de temps, et comme dit le proverbe "Le temps, c’est de l’argent". Améliorer le dédouanement amènera automatiquement une décongestion des ports, et donc une meilleure capacité d’accueil des navires.  Moins de temps en douanes, c’est plus de cargos à dédouaner et donc un plus pour l’économie du pays. Cela permettra également, sur le long terme, à faciliter les transports routiers aux frontières avec la Thaïlande et la Chine, et à développer d’autres zones économiques que celle de Yangon. Mais cela reste un challenge ; utiliser internet dans un pays où le wifi reste difficile d’accès, et ouù le concept de paiement en ligne est encore flou. Il faudra un certain temps avant que le système fonctionne correctement, le temps que tout le monde se fasse aux cyber-relations. Un grand pas certes, mais la perte des relations humaines, des interactions physiques, et des archives monumentales de papiers.

Le but est de simplifier et de rendre plus accessible le système d’import et export pour les entreprises internationales, qui pourraient trouver réticents les casses têtes administratifs et le côté incertain que le système actuel offrait, et pousser les entreprises nationales à supporter le pays en développant leurs activités internes et externes au pays.

Le bilan après presque un mois de mise en route est assez médiocre, le chemin sera long avant de former tout le monde a cette "révolution douanière" mais comme chaque nouveautés, le pays suivra la tendance et saura s’adapter.
Lea Paoli (www.lepetitjournal.com/Birmanie) Jeudi 8 Décembre 2016

 

 

 

 

cci business

CCI France Myanmar

La CCI France Myanmar est un réseau d’affaires de plus de 90 entreprises françaises, birmanes et internationals dont l’objectif est de développer les relations économiques et commerciales entre la France et le Myanmar.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

TOURISME

Moins de touristes occidentaux, plus de touristes asiatiques

Le ministère de l'Hôtellerie et du Tourisme vient de publier ses statistiques et selon celles-ci la Birmanie auraient accueilli pour les dix premiers mois de cette année 2 844 508 touristes...