Lundi 22 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’école pour les enfants réfugiés avec INSAN

Par Aline Lafoy | Publié le 09/10/2018 à 11:20 | Mis à jour le 10/10/2018 à 11:18
Photo : Aline Lafoy
43113223_537786273334633_3819344631980621824_n

INSAN est une association qui vient en aide aux enfants de réfugiés et de migrants au Liban. Grâce à son école, les enfants vulnérables bénéficient d’une éducation adaptée à leur besoin. Cet établissement singulier nous a ouvert ses portes.

INSAN a été créé en 1998 par un groupe d’activistes proches d’Amnesty International au Liban. « Au début, INSAN vient d’une idée folle. Avec la guerre au Liban, les droits de l’Homme étaient oubliés. Aujourd’hui encore, on poursuit le même but : l’accès pour tous aux droits à l’éducation, à la protection, sur les champs social et psychologique », explique Maria Salmé, coordinatrice générale de l’association.

INSAN organise des écoles d’été pour les enfants de réfugiés qui n’ont pas accès à l’éducation en raison de leur situation irrégulière. Randa Dirani, directrice des relations publiques, met en lumière les difficultés d’accès à l’éducation pour cette population. « Au Liban, au fil des guerres successives, il y a beaucoup de jeunes réfugiés qui se situent en dehors du système scolaire libanais. Les enfants sont venus avec leurs parents réfugiés, de passage au Liban en attendant un pays d’accueil stable et permanent. Nous avons pensé que l’école d’été ne devait jamais s’arrêter et même évoluer ».

En 2004, l’association décide de créer une école permanente à l’année pour les enfants réfugiés âgés de 3 à 17 ans. L’association créé un programme spécial de remise à niveau allant de 1 à 3 ans selon la capacité et l’âge des enfants. Par la suite, le but est d’intégrer les écoles libanaises. Chaque année, entre 50 et 70 enfants bénéficient de cette éducation adaptée, dans des petites classes pour un suivi personnalisé.

Les enfants étudient l’anglais, l’arabe et le français. Ils chantent avec joie des chansons dans ces trois langues. Ils bénéficient d’une éducation complète en étudiant en parallèle les mathématiques, les sciences et l’informatique. Pour pouvoir s’exprimer, ils font des activités artistiques et sportives. Leurs œuvres sont d’ailleurs accrochées partout dans les locaux d’INSAN. « On leur fait sentir qu’ils sont dans une vraie école, comme tous les enfants du monde », soutient Mme Salmé.

La protection et l’accompagnement des enfants sont au centre des préoccupations de l’ONG. INSAN possède un foyer pour les enfants à risques, un refuge temporaire lorsque qu’ils n’ont plus de parents qui peuvent s’occuper d’eux. Les services de protection d’INSAN proposent une aide d’assistance sociale, psychologique et juridique pour les enfants et les parents. « Une équipe de l’association se rend trois fois par semaine dans cinq camps de réfugiés syriens dans la Bekaa. Ils font du porte à porte pour connaître leurs besoins et proposer une aide psychologique et sociale pour les réfugiés. Nous travaillons avec les enfants mais aussi avec les jeunes filles pour lutter contre le mariage forcé, la violence et les inégalités de genre », explique la coordinatrice générale.

 

INSAN

 

Aline Lafoy

Aline Lafoy

Passionnée de photographie, je souhaite rencontrer toutes les cultures, les langues et les Hommes du monde. Je veux comprendre l'univers qui nous entoure.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Rd mer 10/10/2018 - 11:44

Excellent article sur Insan!

Répondre

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Que faire à Beyrouth ?

ENVIRONNEMENT

Badaro a aussi son petit marché de quartier

Tous les dimanches de 9h à 14h jusqu'à fin juin, le quartier résidentiel de Beyrouth accueille à l’école Saint Sauveur des petits producteurs locaux dans une ambiance conviviale.