Mardi 11 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COWORKING SPACES - Berlin, capitale des lieux de travail alternatifs

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 18/12/2014 à 23:00 | Mis à jour le 06/01/2016 à 21:55

Ahoy, Beta Haus, Agora ou encore Raumstation? Les espaces de coworking, présentés comme  une véritable alternative au travail chez soi ou dans un bureau, fleurissent davantage dans la capitale allemande que dans d'autres pays européens. Pourquoi ? Rencontre avec plusieurs coworkers de différents espaces de travail berlinois afin d'en savoir davantage sur le sujet.

Arrivé tout droit de San Francisco en 2006, le concept du co-working n'a pas tardé à être adopté à Berlin. L'idée est simple : louer un endroit qui permettrait à des indépendants de se réunir et de travailler ensemble dans un même espace, permettant un partage des frais et des idées.


Après les Etats-Unis, l'Allemagne est deuxième dans le classement des pays ayant le plus d'espaces de co-working, selon une étude menée en février 2013 par Deskwanted, une start-up berlinoise fondée en 2010, souhaitant devenir l'une des principales sources d'information sur le concept du « travail partagé ». Les espaces de coworking auraient augmenté de 89% à Berlin entre 2012 à 2013, atteignant le nombre de 230. Ces chiffres soulignent une évolution rapide de ce nouveau mode de travail dans la capitale allemande, et à fortiori en Europe, qui compte 1160 espaces de travail de ce type.

 

Ahoy, Berlin-Charlottenburg

« Les espaces sont moins chers à Berlin qu'ailleurs »
Ahoy est un espace de coworking créé en 2011 par Nikolas Woischnik  et Nikita Roshwow dans le quartier de Charlottenburg. Ce dernier a fait des études de droit des affaires avant de se lancer dans ce projet : "Mon travail était trop solitaire et ennuyeux, j'ai préféré quitter les bureaux pour en rejoindre d'autres, plus animés !", explique-t-il avec une pointe d'humour. Rencontré au cours du petit déjeuner organisé par Ahoy chaque premier mercredi du mois, un coworker confie dans un allemand hésitant : "Les espaces de coworking sont moins chers à Berlin qu'ailleurs, c'est la raison pour laquelle tant de freelances décident de venir ici, et que, cercle vicieux oblige, les entrepreneurs implantent leurs espaces dans la capitale allemande". Le jeune homme de 26 ans travaille quotidiennement entre les murs d'Ahoy depuis qu'il a été licencié de son poste de marketeur, l'an dernier : "Ici, la place de travail coûte 140 euros par mois contre plus de 300 euros à Hambourg et ailleurs en Europe !", poursuit-il. Perché au quatrième étage d'un immeuble, cet espace de coworking de 1.300 mètres carrés dispose d'une cuisine, de salles de conférences,  bureaux et, d'une immense salle de rencontres où est organisé le petit-déjeuner du mois. Deux personnes jouent au baby foot près d'un mini bar aux allures hawaïennes. "Je suis berlinoise d'origine, et l'écriture est mon métier, indique Ute, concentrée sur son jeu, venir ici est pour moi un moyen d'élargir mon réseau professionnel tout en? m'amusant !".

Betahaus, Berlin-Kreuzberg

Une atmosphère détendue et propice à la rencontre inter-professions
"La mentalité n'est pas la même à Münich qu'à Berlin, indique Livia, attablée à un bureau de Beta Haus, coworking space fondé en 2009 située à Prinzenssinenstrasse, ici les gens viennent de tout horizon, j'ai davantage de facilités à communiquer car la mentalité est plus ouverte". Le partage des compétences est la raison pour laquelle cette jeune professionnelle du design originaire de Bavière a décidé de travailler dans un coworking à Berlin :  "Cette manière de travailler m'a permis de rencontrer des professionnels de diverses branches, et de poursuivre par exemple, hier j'ai fait la connaissance d'un informaticien qui va m'installer un logiciel gratuitement sur mon ordinateur? ". Sa voisine assise sur un siège de couleur rouge ajoute : "l'ambiance est propice au travail ici, car chacun cherche à s'entraider aussi bien professionnellement qu'humainement". Originaux, les meubles de la Beta Haus animent les salles et les personnes qui y travaillent, les yeux rivés sur leur écran d'ordinateur. Une cabine téléphonique de couleur jaune trône par exemple dans une salle où de nombreux papiers recouvrent les tables, occupées par des travailleurs acharnés. Chacun organise son espace de travail comme il l'entend, isolé dans sa bulle, tout en partageant les lieux avec d'autres personnes.

Betahaus, Berlin-Kreuzberg

Un terreau de création de Start-ups et d'emploi
"Aujourd'hui, il est de plus en plus courant de pouvoir travailler où l'on veut avec juste un ordinateur et une connexion internet, rappelle Marc, parisien rencontré à la cafétéria du rez-de chaussée de Béta Haus, Venir dans un coworking space permet, entre autres, d'assister à des Pitchs, des conférences qui permettent de se tenir au courant des formations professionnelles qui existent". A la recherche d'un emploi dans le secteur économique, Marc a finalement décider de monter sa propre start-up afin de créer son propre emploi, comme de nombreux coworkers présents dans ces espaces. Une solution qui lui permet d' échapper aux conditions de travail précaires qu'il a connu à Paris. Comme tant d'autres, il a choisi Berlin  pour concrétiser son projet professionnel, la ville allemande qui connaît la plus forte croissance de création de petites entreprises et de Start-ups . Ces dernières, selon l'AFP, seraient au nombre de 2500 et pourraient devenir le moteur économique de Berlin, où le taux de chômage avoisine les 13 %, en créant de nombreux emplois. La plupart ne naissent plus dans un garage mais bel et bien dans ces espaces de travail partagés.
Les coworking spaces berlinois seraient-ils devenus le rêve allemand des personnes souhaitant allier réussite professionnelle et liberté ?

Texte et photos : Diana D'Angelo (lepetitjournal.com/berlin) vendredi 19 décembre 2014

A Relire :

http://www.lepetitjournal.com/berlin/economie/154777-creativite-berlin-capitale-des-start-ups

http://www.lepetitjournal.com/berlin/accueil/actualite/149625-blue-factory-l-incubateur-de-start-up-de-l-escp-ouvre-ses-portes-demain-soir-a-berlin

http://www.lepetitjournal.com/berlin/economie/157504-creativite-la-betahaus-hebergeur-de-jeunes-talents

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Berlin

EDUCATION

Anne Henry « FLAM est le parent pauvre de l’enseignement du français »

Le programme de consolidation du Français Langue Maternelle – FLAM- vise à favoriser la pratique extra-scolaire de la langue française chez des enfants d’expatriés français ou de familles binationales

Sur le même sujet