Plus d'un million de chômeurs de longue durée en Espagne depuis 2009

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 15/06/2022 à 14:45 | Mis à jour le 16/06/2022 à 11:04
Photo : CC
des espagnols font la queue devant une agence d'emploi

Actuellement, 1,5 million de personnes en Espagne sont au chômage depuis plus de douze mois. Le profil majoritaire est celui d'une femme, âgée de plus de 55 ans et ayant un faible niveau d'éducation.

 

Depuis 13 ans, les chiffres officiels du chômage espagnols fixent le nombre de chômeurs à plus d'un million. Le marché du travail a connu en Espagne deux grands moments de création d'emplois au cours de la dernière décennie, entre la période 2014-2019 après la crise financière, et la période 2021-2022, après la pandémie. Mais même dans ce cas, le chiffre d'un million de chômeurs ne diminue pas, selon une étude de l'association espagnole  d'entreprises de travail temporaire Asempleo.

 

Chômage: Un cercle vicieux

Plus une personne reste longtemps au chômage, plus il lui est difficile de retrouver un emploi. Au premier trimestre de cette année, un chômeur de moins d'un an avait presque trois fois plus de chances de trouver un emploi qu'un chômeur de longue durée.

 

Les femmes et les plus de 55 ans au chômage

En outre, la capacité à sortir du chômage est inversement proportionnelle à l'âge, les personnes senior étant plus susceptibles de rester au chômage pendant plus de douze mois consécutifs. En fait, trois femmes sur quatre et deux hommes sur trois âgés de plus de 55 ans sont au chômage depuis plus d'un an.

 

Un chômeur de moins d'un an a presque trois fois plus de chances de trouver un emploi qu'un chômeur de longue durée.

Selon Asempleo, pour les travailleurs au chômage depuis plus d'un an, les contrats temporaires "servent de tremplin vers l'emploi en minimisant les risques auxquels les employeurs sont confrontés lorsqu'ils embauchent une personne sans emploi depuis si longtemps".

 

Asempleo signale également dans cette étude que les femmes ont plus de difficultés à sortir du chômage que les hommes, 56% des femmes au chômage l'étant depuis plus d'un an contre 44% des hommes. "L'écart entre les sexes dans ce domaine commence à être perçu à partir de 40 ans, ce qui coïncide avec le moment de la maternité", souligne l'association patronale des agences d'emploi privées.

 

Un autre facteur important qui détermine l'employabilité des chômeurs est leur niveau d'éducation. Ainsi, plus ils sont instruits, moins ils ont de chances de rester au chômage pendant plus d'un an. En effet, 52% des chômeurs sans diplômes sont au chômage depuis plus d'un an, contre 43% de ceux qui ont un diplôme universitaire.

 

Chômage longue durée en Europe: il y a pire que l'Espagne

Toutefois, la situation espagnole en matière de chômage de longue durée n'est pas une anomalie dans le contexte européen, selon Asempleo. Ainsi, bien que l'Espagne ait le taux de chômage le plus élevé de l'Union européenne (13,3% à la fin de 2021), ce ne sont pas les chômeurs espagnols qui restent le plus longtemps dans cette situation.

 

Il existe une corrélation entre le nombre de chômeurs qui sont au chômage depuis plus d'un an et le pourcentage de ceux qui reçoivent des allocations.

Selon les données d'Eurostat, 42,8% des chômeurs espagnols âgés de 15 à 74 ans étaient au chômage depuis plus d'un an, contre 68% des Slovaques, 65% des Grecs, 61% des Italiens et 48% des Portugais. À l'autre bout de l'échelle, on trouve le Danemark et les Pays-Bas, où seul un chômeur sur cinq est au chômage depuis plus d'un an.

 

Subventions dans deux cas sur trois

En Espagne, une fois les allocations de chômage épuisées, les chômeurs de longue durée ont droit aux allocations de chômage s'ils ont des responsabilités familiales ou, dans le cas contraire, au revenu d'insertion active. En mars 2022, Asempleo estime qu'environ deux personnes sur trois qui étaient au chômage depuis plus d'un an recevaient une forme d'allocation. Elle souligne toutefois que le taux de couverture des chômeurs de longue durée varie d'une communauté autonome à l'autre.

 

D'une manière générale, Asempleo souligne qu'il existe une corrélation entre le nombre de chômeurs qui sont au chômage depuis plus d'un an et le pourcentage de ceux qui reçoivent des allocations. Ainsi, les chômeurs des Canaries, de La Mancha et de Valence sont ceux qui sont au chômage depuis le plus longtemps, avec les Basques, et ceux qui reçoivent le plus de prestations une fois qu'ils sont dans cette situation. À l'autre extrémité se trouvent la Navarre, l'Aragon, La Rioja et les Baléares.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale