VIKTOR BOUT – Le "marchand de mort" renie ses déclarations faites en Thaïlande

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 13/05/2011 à 00:00 | Mis à jour le 02/08/2022 à 10:01

Viktor Bout, trafiquant d'arme présumé surnommé "le marchand de mort", souhaite que les déclarations qu'il a faites en Thaïlande après son arrestation soit retirées comme preuves dans les poursuites engagées contre lui, rapportait hier Bloomberg. Son avocat, Kenneth Kaplan, a déclaré que les aveux de Bout ne pouvaient être considérés comme recevables dans cette affaire, car son client était alors menotté, dans un pays étranger, et qu'il était en état de choc après son arrestation. On l'aurait également forcé à parler sans la présence de son avocat, d'après le suspect. Arrêté en Thaïlande en 2008, Viktor Bout a affirmé que deux agents américains de l'Administration de la Lutte contre la Drogue (DEA) ayant pris part à son arrestation lui auraient dit qu'il passerait le reste de sa vie dans une prison thaïlandaise s'il ne parlait pas. Des accusations que les deux agents réfutent. Suspecté d'avoir vendu des armes au Farc, groupe rebelle colombien, Viktor Bout avait été arrêté le 6 mars 2008 et n'avait été emmené aux Etats-Unis pour son jugement que le 16 novembre 2010. Il encoure une peine de prison à vie.
M.B.  vendredi 13 mai 2011

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale