SCANDALE - Le temple Dhammakaya rembourse 20 millions de dons issus d’argent détourné

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 16/03/2015 à 23:00 | Mis à jour le 20/02/2019 à 15:36

Un temple bouddhiste critiqué pour ses méthodes d'appel aux dons et au cœur d'un scandale de corruption a accepté lundi de rendre environ 20 millions d'euros qui lui avaient été versés par un dirigeant d'entreprise accusé d'avoir détourné cet argent.

Le temple Dhammakaya, vaste complexe monastique ultra-moderne bâti près de Bangkok sur une centaine d'hectares, et considéré comme l'un des monastères les plus riches de Thaïlande, va restituer des fonds donnés par l'ancien dirigeant de Klongchan Credit Union Cooperative après que ce dernier a été accusé de détournement d'argent.

Les dons de l'ancien dirigeant de Klongchan ont déjà été investis dans la construction du temple Dhammakaya.

"Nous sommes tombés d'accord pour rendre 684 millions de bahts (20 millions d'euros) payables en six tranches de 100 millions de bahts (trois millions d'euros) par mois de mars à août", a déclaré Samphan Sermcheep, avocat du temple, à l'issue d'une médiation devant un tribunal local avec l'entreprise lésée, Klongchan.

L'avocat a assuré que de l'argent avait pu être collecté auprès des fidèles de la secte Dhammakaya et que le premier chèque avait été versé lundi.

Ce scandale autour de la secte Dhammakaya, fondée dans les années 1970 en Thaïlande jusqu'à devenir l'un des temples les plus riches du royaume, disposant notamment d'une chaîne satellitaire, a fait la Une des médias depuis des semaines dans ce pays majoritairement bouddhiste.

L'affaire a ravivé la controverse autour de la politique commerciale de collectes des dons par meneur du mouvement, le moine Dhammachayo, sur la promesse que la qualité de la prochaine vie de ses fidèles serait proportionnelle à l'importance de leurs dons.

Mais le débat s'est élargi au penchant mercantile des temples bouddhistes du royaume – une pratique courante consiste à encourager les fidèles, qui croient en la réincarnation, à donner proportionnellement à leurs espoirs de bonne fortune - et l'absence de contrôle des autorités sur l'emploi des dons conséquents faits aux temples.

Plusieurs scandales de moines corrompus ou ayant des relations sexuelles ont ébranlé l'institution bouddhiste en Thaïlande ces dernières années (voir encadré). Le moine qui avait le plus frappé les esprits, Wiraphol Sukphol, voyageait en jet privé.

LIRE AUSSI

21 janvier 2015
Manif de villageois d'Ubon Ratchathani pour exiger le départ de leur abbé corrompu

22 octobre 2014
Un bonze tue une adolescente après avoir eu une relation avec elle

28 mai 2014
Cinq moines arrêtés pour pédophilie dans le nord de la Thaïlande

19 mai 2014
Hotline pour dénoncer le mauvais comportement des moines

23 septembre 2013
EX-MOINE JET-SETTEUR - Toujours en fuite, ses biens confisqués

26 juillet 2013 La chute sans fin de l'ex-moine jet-setteur

18 juillet 2013
Un autre moine impliqué dans un scandale

17 juillet 2013
Mandat d'arrêt et révocation de passeport demandés pour la moine jet-setteur

11 juillet 2013
Trente moines toxicomanes défroqués

8 juillet 2013
Le moine blanchisseur, accusé de viol sur une mineure

20 juin 2013
Deux moines arrêtés pour pédophilie

18 juin 2013
BOUDDHISME - L'habit ne fait pas le moine


 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale