Hotline pour dénoncer le comportement de certains moines thaïlandais

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 18/06/2014 à 22:00 | Mis à jour le 14/10/2021 à 06:45
Photo : LPJ Bangkok.com (archives)
Moines bouddhistes lors du nouvel an en Thailande

Les moines qui ont un mauvais comportement risquent désormais d'être blâmés après que les autorités religieuses thaïlandaises ont lancé une ligne d'appel à disposition du public disponible 24h/24 pour dénoncer les moines bouddhistes indisciplinés.

Cette décision intervient à la suite d'une série de scandales concernant des moines consommant alcool et drogue et un cas en mai où cinq religieux ont été défroqués pour avoir abusé sexuellement un mineur.

Le Bureau national du bouddhisme (NOB) a indiqué que l'idée d'une hotline a émergé après que le général Prayuth Chan-ocha, qui a organisé le coup d'Etat du 22 mai, a affirmé vouloir améliorer l'image du bouddhisme, une religion qui rassemble 95% des 67 millions de Thaïlandais.

"Nous avons déjà créé une ligne pour recevoir des plaintes de gens qui voient des choses qui menacent notre religion", a indiqué mercredi à l'AFP le cabinet de Napparat Benjawattanant.

"Les gens peuvent porter plainte s'ils voient des moines impliqués dans des affaires extra-religieuses. Par exemple, s'ils voient des faux moines collecter des fonds", a-t-il ajouté.

Un pilier de la Thaïlande ébranlé par des scandales en série

Le Bureau a indiqué qu'il y a environ 270.000 moines à travers le pays, dont la religion est l'un des piliers.

"Nous n'avons pas assez d'agents pour superviser tous les moines, alors nous avons besoin de la mobilisation générale", a-t-il précisé, ajoutant que des officiers agiront immédiatement après avoir reçu une plainte.

Une série de scandales impliquant des moines a terni l'image du clergé dans les précédents mois.

En septembre dernier, les autorités ont saisi près de 600.000 euros de biens, dont une Porsche et une Mercedes-Benz, chez un moine défroqué dans l'affaire d'un voyage controversé en jet privé accusé d'avoir fait un enfant à une mineure il y a dix ans.

"Il y a eu de nombreux cas de mauvais comportements de moines, alors nous voulons juste résorber ce problème", a dit le porte-parole de la junte Werachon Sukondhapatipak.

Avec AFP jeudi 19 juin 2014

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale