Vendredi 30 octobre 2020

Pétition en cours pour dépénaliser la prostitution en Thaïlande

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 24/09/2020 à 00:00 | Mis à jour le 24/09/2020 à 04:31
Photo : LPJ Bangkok.com - Le bar "Can Do!" à Chiang Mai abrite l'un des centres d'Empower
Empower-Foundation-Prostitution-Thailande

Un collectif de professionnelles du sexe en Thaïlande a lancé la semaine dernière une pétition appelant à la décriminalisation de la prostitution et exhortant les autorités à supprimer toutes les sanctions contre le commerce de services sexuels.

Empower Foundation, un organisme qui soutient les travailleuses du sexe, dit espérer collecter 10.000 signatures en vue de présenter la pétition au Parlement pour persuader les législateurs de la pertinence de modifier la loi sur la prostitution du royaume - connu pour son offre de services sexuels alors que la chose est selon la loi interdite.

"La loi punit les travailleurs du sexe - dont 80% sont des mères et principal soutien de toute la famille", a déclaré Mai Junta, une représentante d'Empower. "Cela fait de nous des criminelles", a-t-elle déclaré mardi à la Fondation Thomson Reuters.

Plus de 1.000 personnes avaient signé mardi la pétition depuis son lancement samedi.

Bien que majoritairement bouddhiste et profondément conservatrice, la Thaïlande abrite une industrie du sexe fructueuse, qui répond principalement à la demande masculine thaïlandaise.

Des foules de touristes affluent également dans les go-go bars et autres salons de massage à Bangkok et dans les principales villes touristiques du pays.

Les femmes et les militants des droits des LGBT + affirment que la loi actuelle, qui a rendu la prostitution illégale en 1960, protège peu les professionnels du sexe alors que les arrestations incessantes et les amendes pour exercer leur métier les ont poussés davantage dans la pauvreté.

Le département de la condition féminine du ministère thaïlandais du Développement social et de la Sécurité humaine a fait savoir qu'il était en train de modifier la loi sur la prostitution et lancerait une consultation publique en ligne l'année prochaine, sans donner plus de détails.

"Nous sommes au courant des plaintes concernant les violations des droits des travailleurs du sexe en raison de cette loi (...) et nous ne négligeons pas leurs suggestions (d'abroger la loi)", a déclaré un porte-parole.

Un rapport de 2014 de l'agence des Nations Unies pour la lutte contre le sida estimait qu'il y avait en Thaïlande 123.530 professionnels du sexe, femmes et hommes confondus, mais plusieurs groupes de défense estiment que ce chiffre est plus de deux fois supérieur, affirmant qu'il faut inclure plusieurs dizaines de milliers de migrants de Birmanie, du Laos, du Cambodge et du Vietnam.

La prostitution est actuellement passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 40.000 bahts ou de deux ans de prison, ou des deux. Les personnes qui paient pour des relations sexuelles avec des prostitué(e)s mineur(e)s risquent jusqu'à six ans d’emprisonnement.

Plus de 24.000 personnes ont été arrêtées, poursuivies et condamnées à une amende pour des infractions liées au travail du sexe l'année dernière, selon la police thaïlandaise.

Surang Janyam, directrice du Service Workers in Group, une organisation de soutien aux travailleurs du sexe basée en Thaïlande, estime que la loi sur la prostitution devrait être abrogée pour permettre aux professionnels du sexe d'être protégés en vertu du droit du travail.

"L'industrie du sexe génère des revenus massifs (pour le pays), mais il n'existe aucun mécanisme pour protéger (celles et ceux qui prodiguent les services)", a déclaré Surang Janyam.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Thaïlande

PUBLIREPORTAGE

Placer son capital en tant de crise: le bois d’Agar, vert et rentable

Solution particulièrement intéressante en période de crise, la culture du bois d’Agar ne dépend pas des aléas économiques et le prix de revente au kg de produit fini est fixé contractuellement

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.