Nouveau mandat d'arrêt en Thaïlande contre l'héritier Red Bull

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 26/08/2020 à 01:00 | Mis à jour le 26/08/2020 à 02:40
Red-Bull-Boycott-Thailande_0

Un tribunal thaïlandais a émis mardi un nouveau mandat d'arrêt contre Vorayuth Yoovidhya, l'héritier de la famille propriétaire des boissons énergisantes Red Bull pour son implication présumée dans un accident mortel avec délit de fuite en 2012, a annoncé la police.

Vorayuth Yoovidhya a été accusé d'avoir renversé avec sa Ferrari un policier, Wichien Klanprasert, puis d'avoir traîné son corps sur des dizaines de mètres avant de s'enfuir.

Le mois dernier, les autorités avaient abandonné l'affaire de manière impromptue, suscitant une vague d’indignation telle que le gouvernement a demandé un réexamen du dossier.

Mardi, la cour pénale de Bangkok a approuvé un nouveau mandat d'arrêt contre Vorayuth Yoovidhya pour conduite imprudente ayant causé la mort, une accusation déjà été portée contre lui précédemment, et aussi pour consommation de drogue, accusation nouvelle, a déclaré à Reuters le chef adjoint de la police nationale, le lieutenant général de police, Jaruwat Waisaya.

Le jeune Vorayuth a ignoré pas moins de huit citations à comparaître avant que les autorités n'émettent un mandat d'arrêt, cinq ans après le drame. Il a ensuite disparu, apparemment à l'étranger, selon des publications sur les réseaux sociaux.

Son avocat, Samack Chouvaparnante, a déclaré qu'il n'avait pas connaissance du nouveau mandat et n'avait pas été en contact avec son client.

Un comité demandé par le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha a examiné des preuves non incluses dans les rapports de police et qui suggèrent que la Ferrari de Vorayuth allait beaucoup plus vite que l’allure inscrite initialement au dossier. Il a également réexaminé un test sanguin effectué après l'accident qui indiquait des traces de cocaïne dans son système.

"Nous soumettrons un nouveau rapport dans les deux semaines afin que le procureur puisse émettre un ordre de poursuite", a déclaré Jaruwat Waisaya.
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale