Héritier Red Bull: Le PM thaïlandais promet que la justice prévaudra

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 30/07/2020 à 00:00 | Mis à jour le 30/07/2020 à 10:40
Photo : REUTERS/Athit Perawongmetha/archives - Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-O-Cha
Prayuth Chan O Cha Thailande

Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-O-Cha a déclaré mercredi que son gouvernement veillerait à ce que justice soit rendue dans l’affaire de la mort d’un policier en 2012 liée à un héritier du créateur de la boisson Red Bull, alors que l’annonce récente de l’abandon des charges contre le suspect a déclenché la colère des Thaïlandais.

Le Bureau du Procureur général et la police thaïlandaise ont abandonné les poursuites pénales contre Vorayuth "Boss" Yoovidhya le mois dernier, sans fournir de raisons, suscitant l'indignation de la population à l'égard de la culture de l'impunité pour les riches et les gens bien connectés.

Vorayuth Yoovidhya, âgé de 27 ans au moment des faits, a ignoré pas moins de huit convocations à comparaître émanant du tribunal en relation avec la mort du policier Wichien Klanprasert, dont le corps avait été traîné sur plusieurs dizaines de mètres sous une Ferrari appartenant au petit-fils de feu Chaleo Yoovidhya, l'inventeur de la boissons énergisante Red Bull.

Les autorités ont émis un mandat d'arrestation seulement cinq ans après l'incident, poussant Vorayuth Yoovidhya à quitter le pays. On ne sait pas où il se trouve actuellement.

Prayuth Chan-O-Cha a déclaré qu'un comité avait été formé pour examiner ce qui avait conduit à l'abandon de l'affaire. Mais il a précisé qu’il n'interférerait pas dans le travail du procureur général, de la police et du tribunal. Le comité dispose de 30 jours pour rendre ses conclusions.

"Cette affaire est d'une grande importance pour les gens et la société, nous devons donc trouver la vérité pour voir où sont les problèmes", a déclaré Prayuth Chan-O-Cha.

"Nous devons résoudre ces problèmes pour garantir la justice dans la société thaïlandaise sans la diviser selon les classes sociales", a-t-il ajouté.

Le bureau du procureur général et la police ont fait savoir qu'ils cherchaient également à déterminer ce qui avait conduit à l'abandon de l'affaire.

Vorayuth avait été accusé d'avoir fui les lieux de l'accident. Un chauffeur de la famille avait d'abord tenté d’endosser la responsabilité, mais a ensuite été accusé d'avoir fait une fausse déclaration à la police.

La police a déclaré que l'affaire contre Vorayuth avait officiellement pris fin et ne pouvait être relancée que si les proches de la victime déposaient l'affaire directement devant un tribunal, ou s'il y avait de nouveaux témoins ou preuves.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale