Mardi 22 septembre 2020

Affaire héritier Red Bull : De nouvelles preuves portées au dossier

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 05/08/2020 à 00:00 | Mis à jour le 23/08/2020 à 16:41
Affaire heritier Red Bull

Des preuves scientifiques établissant la vitesse à laquelle Vorayuth Yoovidhya conduisait sa Ferrari le 3 septembre 2012 quand il a percuté un policier à moto à Bangkok pourrait relancer l’affaire, a fait savoir mardi le parquet thaïlandais

Deux équipes travaillant avec la police scientifique de Bangkok avaient déterminé, dans les jours ayant suivi les faits, que la Ferrari de Vorayuth Yoovidhya roulait à très vive allure, un peu au-dessus des 170 km/h, lorsqu’il a percuté Wichien Klanprasert, un policier à moto, trainant son corps sur plusieurs dizaines de mètres sans s’arrêter.

Mais apparemment, ces preuves établies à partir d’images de vidéo-surveillance n’avaient pas été prises en compte par les enquêteurs qui avaient privilégié d’autres estimations basées sur les dégâts visibles sur la Ferrari, comme le rapporte le Bangkok Post. Ainsi, le dossier d’enquête établissait la vitesse du véhicule autour des 80 km/h, lorsque le procureur a décidé le mois dernier d’abandonner les charges contre l’héritier de la famille co-propriétaire des boissons Red Bull, suscitant une vague d’indignation en Thaïlande.

L’abandon des accusations a soulevé des questions au Parlement et ailleurs, amenant la police, le gouvernement et le bureau du procureur général à annoncer chacun à leur tour qu'ils allaient faire le jour sur les raisons de cette décision.

Et mardi, un porte-parole du bureau du Procureur général a déclaré que de nouvelles preuves avaient émergé démontrant que Vorayuth Yoovidhya consuisait beaucoup plus vite que ne le stipulait le dossier. "Cette affaire n'est pas terminée car la loi dit que s'il y a de nouvelles preuves, nous pouvons continuer", a déclaré Prayut Phetkun, le porte-parole adjoint du parquet, précisant qu’un avis d'expert, non inclus auparavant dans le rapport de police, estimait que la vitesse était plus proche des 170 km/h.

"Il s’agit d’une nouvelle preuve selon la loi." Vorayuth Yoovidhya pourrait également faire l’objet d’une nouvelle accusation du fait que des tests sanguins après l'accident ont révélé des traces de cocaïne, mais il n'avait pas été inculpé à l'époque car les enquêteurs avaient estimé que le résultat des tests pouvait provenir de l'utilisation de médicaments, a déclaré Prayut Phetkun.

Le porte-parole a déclaré que le parquet allait recommander à la police de réexaminer l'affaire en raison de l’écart important concernant la vitesse du véhicule.

0 Commentaire (s)Réagir