Les restaurants à Bangkok peuvent vendre l’alcool à emporter seulement

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 01/02/2021 à 00:00 | Mis à jour le 01/02/2021 à 02:46
Photo : Reuters
Restaurants interdits de vendre de l'alcool sur place a Bangkok

Les autorités thaïlandaises ont confirmé vendredi certains assouplissement annoncé plus tôt dans la semaine. Toutefois, les restaurants de la capitale ne pourront servir de l’alcool sur place

Le centre de gestion de la situation du Covid-19 (CCSA) a confirmé vendredi qu’à partir du 1er février certaines restrictions seraient assouplies un peu partout en Thaïlande, principalement sur les 28 provinces définies jusque-là comme "zones rouges".

Au vu de l’amélioration de la situation dans la plupart des provinces du royaume, le sous-comité du CCSA chargé de la politique d’assouplissement avait estimé mercredi que les niveaux de vigilance pouvaient être revus à la baisse dans plusieurs provinces et a soumis des recommandations de levée des restrictions.

Ainsi, les restaurant à Bangkok seront désormais autorisés à servir jusqu'à 23 heures - durant le mois de janvier ils pouvaient ouvrir seulement entre 6h et 21h. Toutefois, si les établissements peuvent vendre de l’alcool, la consommation de boissons alcoolisées dans les locaux restera interdite.

Les lieux de vie nocturne tels que les bars et les discothèques restent fermés à Bangkok et dans les provinces voisines, a déclaré le porte-parole du CCSA, Taweesin Visanuyothin.

Les restaurants des provinces hors «zone rouge» peuvent ouvrir sans aucune restriction et l'alcool peut y être servi sous certaines conditions, selon la couleur de la zone, précise le journal Khaosod English.

Dans les 20 provinces en «zone orange», l'alcool peut être servi jusqu'à 23 heures tandis que dans les 17 provinces en «zone jaune» la limite horaire va jusqu’à minuit.

Le ministère de l'Education, qui avait ordonné la fermeture des écoles dans 28 provinces au début du mois de janvier, a annoncé leur réouverture, à l'exception de Samut Sakhon, à partir de lundi, mais les établissements seront tenus d’appliquer un certain nombre de mesures de prévention comme la limitation à 25 élèves par classe.

Au début du mois de janvier, 28 provinces avaient été placées en zone rouge. Mais selon la nouvelle carte publiée par le Bangkok Post du nouveau zonage proposé figurent seuls en rouge le grand Bangkok et Samut Prakarn. Tout autour, les provinces environnantes sont en orange, celles un peu plus éloignées en jaune, et enfin les plus à l’écart en vert, à savoir l’essentiel des régions Nord et Nord-est et une partie du Sud.

Le CCSA a maintenu le grand Bangkok -à savoir les provinces de Bangkok, Samut Prakarn, Nonthaburi et Pathum Thani- en "zone rouge" tout levant certaines restrictions sur les commerces et activités.

Les zones rouges sont considérées comme devant faire l'objet d'un «contrôle maximum», celles en orange sont soumises à un niveau de «contrôle élevé», celles en jaune à une «surveillance élevée» et les provinces en vert «surveillance».

Ces changements dans le zonage devraient permettre de voyager plus facilement dans le royaume, certaines provinces comme Phuket ayant déjà commencé à lever l’imposition de la quarantaine pour les personnes venant de certaines zones auparavant jugées à risque.

L'annonce de ces possibles assouplissements intervient malgré le fait que le pays ait signalé ces derniers jours un nombre plus élevé qu’auparavant de cas d’infection au coronavirus, avec plus de 800 cas par jour. Mais la grande majorité de ces cas provient d’une campagne de dépistage massif effectuée à Samut Sakhon, l'épicentre de l'épidémie découverte à la mi-décembre dans un marché de fruits de mer de cette province proche de Bangkok.

Depuis janvier 2020, la Thaïlande a signalé 18.782 cas d’infection au coronavirus et 77 décès liés au Covid-19. Les chiffres donnés par les autorités ne permettent cependant pas de distinguer le nombre de personnes ayant développé le Covid-19 sur l'ensemble des cas de test positif au coronavirus. 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale