TEST: 2238

Le statut du roi de Thaïlande en Allemagne fait débat au Bundestag

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 10/10/2020 à 02:51 | Mis à jour le 12/10/2020 à 05:33
Photo : REUTERS / Stringer - Le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn et la reine Suthida étaient à Bangkok le 24 septembre 2020 pour assister aux célébrations de la Journée du prince Mahidol à l'hôpital Siriraj
Roi-Thailande-Vajiralongkorn

Le ministre allemand des Affaires étrangères a déclaré mercredi qu’il n’était pas approprié que le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn mène ses activités de chef d’Etat depuis l’Allemagne, où il passe la très grande majorité de son temps.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas répondait à une question posée par un député vert du Bundestag.

"Nous avons été très clairs sur le fait que les affaires politiques concernant la Thaïlande ne devaient pas être menées depuis le sol allemand", a déclaré Heiko Maas au parlement allemand.

"S'il y a des invités dans notre pays qui mènent leurs affaires d’Etat depuis notre sol, nous serons toujours prêts à agir pour contrer cela."

La question parlementaire intervient à un moment où la monarchie du roi Vajiralongkorn fait face à des appels sans précédent à la réforme de la part de manifestants étudiants en Thaïlande qui organisent régulièrement depuis juillet des rassemblements dans la capitale, Bangkok.

Si la majorité des protestataires demandent la démission du Premier ministre -ancien chef de la junte précédente- et des élections ainsi qu’une nouvelle Constitution, certains groupes ont également lancé un appel sans précédent à des reformes destinées à limiter les pouvoirs du monarque - pouvoir étendus ces dernières années à la faveur d’une Constitution rédigée par la junte ayant mené le coup d’Etat de 2014.

Le député du parti Die Grünen (Les Verts), Frithjof Schmidt, a également demandé à Maas si l'Allemagne était prête à discuter avec l'Union européenne (UE) du gel des négociations de libre-échange avec la Thaïlande "tant que la junte continuera à bloquer la voie de la démocratie en Thaïlande".

L'UE, qui avait interrompu ses contacts à tous niveaux avec la Thaïlande après un coup d'État de 2014, a repris les négociations commerciales après les élections générales de l'année dernière qui ont vu l’ancien chef de la junte militaire, Prayuth Chan-O-Cha, reconduit en tant que Premier ministre civil.

Heiko Maas a déclaré que l'arrêt des négociations était "une option" pour exercer des pressions, mais qu'il serait juste de discuter avant toute chose avec la Thaïlande.

Le roi Vajiralongkorn, 68 ans, est sur le trône de Thaïlande depuis 2016, mais il passe le plus clair de son temps en Bavière, où son fils de 15 ans est scolarisé.

Les manifestants thaïlandais ont évoqué dans leurs élocutions publiques le coût des séjours du roi en Europe ainsi que de son absence du royaume.

Les manifestants cherchent à réduire les pouvoirs du roi qui, en vertu de la constitution de 2017, lui permettent d'exercer ses activités de chef d’Etat lorsqu'il est en dehors de la Thaïlande sans avoir à nommer de régent comme cela était le cas auparavant.

Les manifestants veulent également lui retirer le contrôle direct de la fortune royale évaluée à plusieurs dizaines de milliards de dollars et de certaines unités de l'armée, deux prérogatives qu’il s’est arrogées ces dernières années. 

Les manifestants en Thaïlande ont indiqué jeudi qu'ils se rassembleraient à nouveau le 14 octobre et s'attendaient à une forte participation.
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale