Mercredi 28 octobre 2020

La Thaïlande ajoute deux longs week-ends pour la fin d’année

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 23/09/2020 à 00:00 | Mis à jour le 02/10/2020 à 14:09
Photo : Reuters
Coronavirus-Plage-Thailande

Le conseil des ministres thaïlandais a approuvé mardi 22 septembre deux week-ends de 4 jours en novembre et décembre afin de relancer le tourisme domestique, sur lequel se raccroche un secteur laminé par les mesures anti-Covid

Toujours bien décidé à maintenir sa politique du zéro risque de contamination au Covid-19, le gouvernement thaïlandais n’a d’autre possibilité que de miser sur le tourisme intérieur pour permettre à quelques professionnels du secteur de tenir la tête hors de l’eau. 

En cela, le cabinet a approuvé l’idée d’offrir deux longs week-ends du 19 au 22 novembre et du 10 au 13 décembre dans l’espoir d’accroitre l’affluence sur les sites touristiques qui ont peu d'espoirs de voir les touristes étrangers pour la période "d'hiver" qui correspond habituellement à la haute saison.

Le gouvernement prévoit tout d’abord de déclarer fériés les jeudi 19 et vendredi 20 novembre qui s’ajouteront ainsi au samedi 21 et au dimanche 22. 

Ensuite, le jour de l’anniversaire de feu le roi Bhumibol Adulyadej -qui est aussi le jour de la fête des pères-, tombant un samedi, il doit en principe être rattrapé le lundi 7 décembre. Mais selon le nouveau calendrier proposé, ce jour de congés de rattrapage sera déplacé au 11 décembre afin de former avec le jeudi 10 décembre, qui est la fête de la Constitution, un week-end de quatre jours.

Tourisme en berne

La Thaïlande s’est enorgueillie d’avoir été plébiscitée en août par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour sa gestion de l'épidémie de Covid-19, même si des zones d’ombres subsistent sur les facteurs qui sous-tendent son bilan, aujourd'hui de 3.511 infections signalées et 59 décès.

La Thaïlande a été relativement épargnée par le nouveau coronavirus alors que le pays a continué d’accueillir pendant deux mois après l’apparition du premier cas des dizaines de milliers de touristes en provenance de l’épicentre de l’épidémie.

Fin mars, les autorités ont tout d’un coup changé d’attitude, fermant le pays à tous les étrangers à l’exception de quelques catégories qui passent au compte-goutte après une procédure longue et coûteuse incluant une quatorzaine à leurs frais. 

Mais la contrepartie de cette politique est que l'économie thaïlandaise figure aujourd’hui parmi les plus durement touchées de la planète par la crise du Covid-19, tout particulièrement son secteur du tourisme, laminé par la fermeture du pays aux touristes étrangers depuis avril.

Le gouvernement a annoncé l’ouverture aux touristes à partir d’octobre via un visa tourstique long séjour, mais sous des conditions telles qu’il est difficile d’y voir une solution véritablement viable à l'échelle du pays. Selon Yuthasak Supasorn, gouverneur de l'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), la mesure permettra à quelques centaines de touristes d'entrer sur le territoire chaque mois.

La Thaïlande, qui a déjà accueilli 6,69 millions de toursites sur le premier trimestre avant la fermeture des frontières le 4 avril, espère encore totaliser 8 millions de touristes étrangers sur l’année, soit le cinquième du chiffre de 2019, qui était de 39,8 millions de visiteurs.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Thaïlande

PUBLIREPORTAGE

"Comment faire en cas de décès en Thaïlande ?"

En Thaïlande, le décès d’un étranger implique toute une procédure pour organiser le rapatriement du corps. Mieux vaut pouvoir compter sur un partenaire fiable et efficace qui prend tout en charge.