La Thaïlande mesure l’impact de ses mesures anti-Covid sur l’éducation

Par Pierre-Yves Trescazes | Publié le 02/11/2022 à 02:51 | Mis à jour le 03/11/2022 à 07:16
Photo : Reuters
Ecole-Thailande-normalite-covid

Les mesures sanitaires imposées en Thaïlande entre 2020 et 2022 pour contrer l’épidémie du coronavirus SARS-CoV-2 ont sacrifié l’avenir de nombreux jeunes thaïlandais, contribuant à creuser davantage les inégalités, révèle une enquête.

En mars 2020, la Banque mondiale soulignait que la Thaïlande devait améliorer l'accès à l'éducation pour les enfants issus de foyers à faible revenu. Mais le moins que l'on puisse dire est que c'est l'inverse qui s'est produit jusqu'ici dans ce pays parmi les plus inégalitaires au monde.

Pendant deux ans, entre avril 2020 et le début de cette année, les écoliers thaïlandais ont été ballotés entre l’apprentissage en ligne depuis chez eux et l’apprentissage en classe dans une "nouvelle normalité" aux allures parfois post-apocalyptiques.

L’école en ligne était généralement décrétée au niveau national mais pouvait aussi parfois être imposée par l’autorité provinciale voire par l’école elle-même lorsque des cas de test positif ou de maladie déclarée du Covid-19 se produisaient.

Promenade de santé pour certains, enfer social pour d’autres 

Or, l’apprentissage en ligne depuis le domicile nécessite un ordinateur par enfant et, pour les plus petits (maternelle et début primaire), l’assistance d’un adulte tout au long de la classe.

Des conditions difficiles à remplir pour de très nombreux foyers, que ce soit du point de vue du matériel informatique ou du tuteur pour suivre la classe -certains parents n’avaient même pas de solution ne serait-ce que pour garder les enfants durant leur journée de travail. Cela d’autant que la crise économique provoquée par la pandémie et surtout la réaction sanitaire avait mis des millions de familles sous pression financièrement.

Pour les foyers les moins démunis, disposant d’une habitation adéquate, du matériel et des ressources humaines nécessaires -certains recrutant même des enseignants-, l’école en ligne n’aura pas représenté un défi majeur.

"Génération perdue"

Une étude menée par l’Institut de recherche pour l'évaluation et la conception des politiques (RIPED) et le Fonds pour une éducation équitable a récemment déterminé que l’acquisition des compétences en lecture et en écriture pour nombreux jeunes enfants avait été considérablement ralentie en raison de la fermeture des écoles pendant plusieurs mois durant la pandémie de Covid-19, rapporte le Bangkok Post.

Cité par le journal en langue anglaise, le directeur du RIPED, Weerachart Kilenthong, estime que ces restrictions ont sérieusement affecté l’éducation des enfants du primaire, et il craint que certains, ayant accumulé trop de retard, se découragent et abandonnent leurs études à un moment donné.

Pour lui, ces élèves peuvent être considérés comme une "génération perdue" du fait que leur faible progression académique durant ses deux années risque d’affecter leurs aptitudes et donc leur avenir professionnel.

Considérée comme un bon élève en matière de sécurité sanitaire

En 2021, la Thaïlande avait été classée 5ème pays ayant la meilleure sécurité sanitaire au monde par l'Université Johns Hopkins, avançant d'une place par rapport au classement 2019, derrière les États-Unis, l'Australie, la Finlande et le Canada.

L'Université compile et publie tous les deux ans son indice de la sécurité sanitaire dans le monde. 

Le royaume a même été classé premier sur certains aspects comme la surveillance et les rapports en temps réel, les méthodes de contrôle des infections, ou encore la réduction des risques de catastrophe.

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

youpy sam 05/11/2022 - 14:08

Particulièrement en Thaïlande, l'éducation des plus défavorisés est le cadet des soucis de la bourgeoisie dirigeante.

Répondre
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale